Hadopi : mieux vaut télécharger au bureau ?

Christine AlbanelAvec l’arrivée de plus en plus pressante d’une riposte graduée avec la loi HadopiProjet de loi française relative à la protection des droits d’auteur sur Internet. Elle introduit notamment le concept de riposte graduée et prévoit l..., une question de base s’est rapidement posée à travers la France : quid des endroits où une connexion à Internet est indispensable ?

Christine Albanel, la ministre de la Culture, vient d’apporter quelques précisions à ce sujet en ce qui concerne les entreprises, en indiquant que les entreprises ne seront pas soumises au même régime que les particuliers.

Les lignes pro ne seront pas coupées

« Dans le cas des entreprises, pour lesquelles la suspension d’Internet pourrait avoir des effets disproportionnés, le projet de loi prévoit une mesure alternative : l’instance pourra exiger l’installation de dispositifs de type “pare-feu”, qui permettront d’empêcher le piratage par les salariés à partir de leurs postes de travail », a expliqué la ministre. Les entreprises ne seront donc pas soumises à la coupure de la connexion à Internet prévue par la loi Hadopi, mais pourraient se voir obligées d’appliquer un filtrage strict afin de bloquer les téléchargements.

Si cette mesure a au moins l’intérêt de rassurer partiellement les employeurs, il n’en reste pas moins que les entreprises ne sont qu’un exemple parmi d’autres cas dans lesquels une coupure prolongée de la connexion pourrait se révéler grave. Citons par exemple les employés en télétravail, ou encore plus simple, les familles équipées d’une connexion Wi-Fi pour lesquelles un voisin peu scrupuleux aurait volé le mot de passe. Ces exemples ne sont pas couverts par une telle dérogation, et pourraient voir leur connexion suspendue malgré tout.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • Will-Lee
    le piratage est à l'informatique ce que le dopage est au cyclisme, y'a plus de budget pour les recherches pour se doper de manière indétectable que pour le dépistage; l'informatique y'a plus de gens qui piratent que de gens qui "protègent" (quand ils font pas les deux) ...

    enfaite oui ça n'a rien a voire.
    -2
  • Anonyme
    Et quid des personne qui bosse chez ellez pour leur boite mais qui de temps en temps rafle un film ou deux... c'est cool.... C'etait pas travailler plus pour gagner plus le slogan? ....
    0
  • Dr_cube
    Ca n'a rien à voir Will-Lee : pour le dopage personne n'en a rien à cirer, alors que les majors du disque ou du cinéma attribuent tous les malheurs du monde, et notamment leurs "très faibles" revenus, au "piratage". De plus, mais c'est hors-sujet, il n'y a pas que les cyclistes qui se dopent.

    Et j'aimerais vraiment que les journalistes fassent preuve d'intelligence et arrêtent d'employer à tout va le terme "piratage" pour désigner le téléchargement de contenus protégés (par droits d'auteurs ou autre). Ce terme, popularisé par les majors, est beaucoup trop fort. Un pirate c'est quelqu'un qui a des connaissances spécifiques, et qui sait cracker un système ou déchiffrer des mots de passe. Dans le contexte des téléchargements, ce terme est simplement utilisé pour diaboliser cette pratique. C'est bête que les journalistes se rangent du côté des majors sans réfléchir.

    En tout cas moi ça me ferais réellement chier de perdre ma connexion Internet : je suis élève ingénieur en informatique (réseaux..) bientôt doctorant, et me priver d'Internet serait catastrophique pour mon "travail" et pour ma carrière. Si ça devait m'arriver je trouverais cette sanction disproportionnée par rapport à tout l'argent que j'aurais pu faire perdre à l'industrie du cinéma en téléchargeant quelques films. Ca ruinerait ma vie professionnelle à court terme, et ça ferait perdre à l'Etat tout l'argent qu'ils ont investi sur moi pendant 22 ans pour me payer ma scolarité, mes bourses, et bientôt ma bourse de thèse.

    Cette nouvelle loi est vraiment d'un autre âge. Les gens qui téléchargent des fichiers protégés sont certainement des gens qui n'ont pas forcément un accès facile à la culture (places de cinéma, DVD, CD, Concerts : très chers). En les privant d'Internet, ces gens vont avoir encore moins accès à la culture, et vont être isolés. C'est une loi abjecte et inadmissible.
    1