Hadopi va perdre une partie de son budget

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, estime que l’Hadopi n’a « pas rempli sa mission de développement de l’offre légale ». En conséquence, elle annonce une réduction des crédits alloués à cette autorité.


Le bilan est dur pour Hadopi, qui se félicitait pourtant d’avoir largement contribué à faire reculer le téléchargement illégal en France. L’avenir de cette instance était incertain depuis la composition du nouveau gouvernement, le président de la République François Hollande ayant même laissé entendre, peu de temps après son élection, qu’elle ferait l’objet d’un remaniement à venir dans l’année. Cette réduction du budget pourrait donc être la première partie d’une refonte plus importante.


« Sur le plan financier, 12 million d’euros annuels et 60 agents, c’est cher pour envoyer un million d’e-mails », explique la ministre. « Enfin, la suspension de l’accès à Internet me semble une sanction disproportionnée face au but recherché. Mais tout cela sera examiné par la mission Lescure ». C’est en effet Pierre Lescure, ancien PDG de Canal+, qui a été chargé par le gouvernement d’une mission de concertation sur la culture face aux enjeux du numérique, et qui devra se pencher sur l’avenir d’Hadopi. En 2007, c’était Denis Olivennes, alors PDG de la Fnac (et ancien président de Canal+) qui avait été mandaté par Chritine Albanel, ministre de la Culture de l’époque, pour mener un travail similaire et rendre un dossier qui a conduit par la suite à la création d’Hadopi.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • ncjfghdhdsgsztxcycrtcvcuvqaez@guest
    Autant demander à Kim Jung Un si il souhaiterait libérer son peuple --'
    0
  • zelegolas@IDN
    Y a quelque chose que je comprends pas : On parle de culture pas de business, non ? Alors pourquoi fait on appel à un gas qui fait de la culture un business ? Je sais pas vous mais là il y a conflit d'intérêts. On peut pas être juge et partie en même temps. C'est comme si les députés décidés du montant de leurs Indemnité parlementaire de base (dont une grande partie n'est pas imposable)... Mais que je suis bête ils le font !!!! Bon alors un business man pour la culture c'est dans l'ordre des choses loll :-D
    0