La Hadopi s'attaque (enfin) au direct download

Alors que son avenir est plus qu’incertain, la Hadopi a rendu un rapport ce jeudi sur l’état actuel des sites de téléchargement direct illégaux. On y apprend notamment qu’ils sont utilisés bien davantage pour héberger des fichiers vidéo que des fichiers audio.

Si la Hadopi a été mise sur pied par la loi Création et Internet pour lutter contre le téléchargement en peer-to-peer, une autre mission de la Haute autorité est d’étudier l’évolution du téléchargement illégal afin de proposer des évolutions pour le marché du téléchargement légal. Pour cela, la Hadopi a remis ce jeudi un rapport sur l’état des lieux du téléchargement direct après un premier rapport sur les sites de streaming.

La Hadopi a donc étudié 3600 fichiers différents, hébergés sur SpeedyShare, RapidGator et 1Fichier, trois sites qui ont recueilli à eux trois 617 000 internautes français durant le mois de juillet. Le but de l’étude de la Hadopi était autant de savoir quels étaient les types de fichiers les plus hébergés sur ces sites, mais également leur provenance. La Hadopi ne s’est en effet pas attaquée à l’étude des fichiers les plus téléchargés mais seulement des fichiers hébergés sur ces sites.

Une forte proportion d’œuvres piratées

La Haute autorité souligne dans ses conclusions « la forte proportion de contenus issus des industries culturelles » hébergés sur ces sites, comme les épisodes de série TV qui représentent 24 % des vidéos hébergées sur 1fichier ou les albums complets qui forment 75 % de l’ensemble des contenus audio présents sur RapidGator. L’étude souligne également la disparité des types de contenu  sur chacune des plateformes. Ainsi, 64 % des fichiers hébergés sur RadidGator sont des vidéos quand ils ne sont que 24 % sur SpeedyShare. Par ailleurs, toujours sur RapidGator, près de la moitié des vidéos hébergées sont de nature pornographique.

Cette étude de la Hadopi pourrait bien être l’une des dernières. Le gouvernement a en effet accepté l’une des conclusions du rapport de la Mission Lescure qui préconisait d’attribuer les fonctions de la Haute autorité au CSA. La semaine dernière un amendement au Sénat a failli acter cette décision qui devrait finalement être discutée lors d’un autre projet de loi attendu pour 2014.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • yt75
    Quelle histoire pathétique ... (et révélatrice de la bêtise terminale de l'époque). Arrêter de tout faire à l'envers peut-être ? Quand il y a un magasin clandestin, on ferme le magasin, on ne poursuit pas les clients dans la rue.
    1
  • yt75
    Quelle histoire pathétique ... (et révélatrice de la bêtise terminale de l'époque). Arrêter de tout faire à l'envers peut-être ? Quand il y a un magasin clandestin, on ferme le magasin, on ne poursuit pas les clients dans la rue. "P2P ya pas de centres ?" "ca marcherait pas !" Ah les hypocrisies geekounettes classiques, quelle comédie, et le piratage zéro strictement aucune importance ...
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/
    0
  • micaub
    Sauf que :
    1) le magasin ne contient pas que du contenu illégal.
    2) le client est tout autant coupable en visionnant intentionnellement un contenu pour lequel il ne s'est pas acquitté des droits.
    Ce n'est pas en déresponsabilisant tous les profiteurs de contenus illégaux que l'on va y arriver non plus. Ton argumentaire est en ce sens, si ce n'est stupide, tout du moins bancale...
    -1