Super Crapule vs gentil Hadopi : le téléchargement expliqué aux enfants

Depuis quelques jours circule sur la toile un court-métrage d’animation pour le moins surprenant. Mettant en scène Super Crapule, qui prend un malin plaisir à télécharger illégalement, il a pour but d’éduquer la jeunesse sur les risques du téléchargement illégal et sur la loi Hadopi.

Une vidéo critiquée

Le problème de ce court-métrage, c’est qu’il comporte un certain nombre de raccourcis pour le moins gênants, alors que les débats autour de la loi contre le téléchargement illégal continuent de faire rage. L’internaute adepte de téléchargement y est décrit comme une « crapule », sans foi ni loi, ne comprenant pas les enjeux économiques du téléchargement et de la rémunération des oeuvres. « À l’heure de l’Internet et du haut débit, payer les artistes, c’est dépassé », nous explique le pirate, avant d’enchaîner sur « si toi aussi tu veux t’en mettre plein les yeux et plein les oreilles sans dépenser un radis, suis les conseils de super crapule ».

Hadopi, en revanche, y est présentée comme une sorte de Superman volant à la rescousse des artistes face aux téléchargeurs. Le principe de la sanction, à savoir les mails d’avertissement, les lettres recommandées et la coupure de la connexion à Internet, y est expliqué, mais là encore, les raccourcis sont nombreux. « Les ayant droits des œuvres que tu as piratées refourguent ton mail et ton adresse à la Haute Autorité pour la Diffusion et la Protection des Droits sur Internet », une erreur, puisque ces mêmes ayant droits ne disposent ni de l’adresse mail, ni de l’adresse physique de l’internaute.

La réaction de France 5

Devant ces critiques, le site Curiosphere.tv, propriété de France 5, qui a produit et diffusé le film, a rapidement réagi, d’abord en retirant le court-métrage de son site. « La création du film est une initiative de Curiosphère à part entière », nous explique la chaîne, contactée par téléphone. « Il ne s’agit en aucun cas d’une demande du gouvernement ». La précision est nécessaire, puisque lors de sa diffusion sur le site, le nom du producteur indiqué se résumait simplement à « Hadopi », laissant planer la confusion.

À nos confrères du site Ecrans.fr, France 5 indique qu’une nouvelle version du film devrait être diffusée, plus prudente sur certains points critiqués dans la première vidéo. « Nous voulions une animation très factuelle pour que les médiateurs éducatifs puissent la montrer aux adolescents. C’est notre objectif et une telle vidéo est aujourd’hui nécessaire. Mais, évidemment, il faut quelque chose d’irréprochable, en dehors de toute polémique », a expliqué Jean-Marc Merrieux, directeur des actions éducatives à France 5.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
19 commentaires
    Votre commentaire
  • Kenelm
    HadopiLâche mon slip, ça fait mal.
    On connaît maintenant le point faible d'Hadopi : son slip.
    5
  • stephbpm
    Hahaha le message d'erreur sur le lien vidéo !
    1
  • obi_one
    On va attendre les parodies qui vont arriver d'ici peu...
    1