iPad : un jour, un usage - Épisode 10 : pas un spécialiste de la lecture

Pierre :

Utilisateur intensif des produits Apple (MacBook Pro 17", iPhone 3GS, Time Capsule et autres), Pierre possède un iPad WiFi + 3G de 32 Go à 699 €. Autre donnée importante, il est abonné à MobileMe.

Pour la lecture, l'iPad est perçu comme un appareil extraordinaire, et c'est à mon avis à tort : certes, l'écran est très joli, les animations pour le changement de pages sont sympathiques, mais le confort de lecture reste pour moi très moyen. On n'est — ni plus ni moins — au niveau d'un écran d'ordinateur. Je possède un « eReader » de chez Sony, qui utilise un écran eInk (encre électronique) et la lecture est bien plus agréable que sur l'iPad, et surtout moins fatigante pour les yeux, le gros défaut de l'iPad et son écran éclairé. Pour de la lecture ponctuelle, l'iPad suffit, mes les gros lecteurs préféreront un appareil en eInk, bien plus proche d'une sensation papier. Et Amazon avec le Kindle l'a très bien compris.

Isabelle :

L'iPad est le premier objet Apple d'Isabelle, qui utilise un PC et un téléphone Nokia au quotidien. Pour ce test, Isabelle est dotée du modèle 64 Go WiFi + 3G (799 €).

Le téléchargement de livres effectué depuis le Store Apple peu s’avérer frustrant. La bibliothèque de livres gratuits est surtout riche en langue anglaise. Même les titres de grands auteurs français comme Balzac, Alexandre Dumas ou Maupassant sont essentiellement disponibles en anglais. Il faudra donc aller chercher sur le Net des versions françaises de qualité (sur eBooksGratuits.com par exemple) au format ePub. Il est possible de faire appel à un logiciel comme Calibre pour convertir les livres électronique dans le format recherché.

Et quant à investir dans des ouvrages payants (dont les prix ne sont pas spécialement attractifs), il faudrait que l’iPad vous fasse oublier que l’écran brillant n’est pas fait pour des temps de lecture trop longs.

Johann :

Johann fait partie des "nouveaux utilisateurs" Apple ayant découvert l'univers de la marque à la pomme avec l'iPhone. Détenteur d'un PC, il dispose d'un iPad 16 Go WiFi (499 €).

Je le pensais avant d'acheter l'iPad, et je le répète aujourd'hui : l'iPad ne remplace pas un livre. En grand radin que je suis (et grand amateur de Shakespeare), j'ai beaucoup apprécié les nombreux livres gratuits sur iBooks, grâce au Projet Gütenberg. J'en ai téléchargé plusieurs dizaines, mais jamais dépassé les 3 premières pages... Je n'éprouve aucun plaisir à tourner les pages, à suivre une intrigue bref, à lire sur la tablette.

En revanche, plusieurs applications consacrées aux bandes-dessinées sont disponibles sur l'AppStore. J'évoquerai notamment Marvel Comics, une référence en matière de BD depuis plusieurs dizaines d'années, dont l'application iPad est un exemple d'adaptation. Comics lui ressemble beaucoup, mais la plupart des BD sont en Anglais. Et au contraire des livres, je trouve l'iPad bien plus efficace pour lire les bulles animées. Dernier point, j'attends avec impatience la compatibilité des fichiers PDF avec iBooks (attendu pour une prochaine mise à jour), un oubli impensable à mon goût.

Déjà parus :

iPad : un jour, un usage - Épisode 1 : le surf avec Safari

iPad : un jour, un usage - Épisode 2 : le mail déçoit

iPad : un jour, un usage - Épisode 3 : photo, payer pour apprécier

iPad : un jour, un usage - Épisode 4 : productif, mais pas trop

iPad : un jour, un usage - Épisode 5 : la géolocalisation comme gadget

iPad : un jour, un usage – Épisode 6 : Hors sujet pour le son

iPad : un jour, un usage - Épisode 7 : la vidéo, ça se mérite !

iPad : un jour, un usage - Épisode 8 : applications, digestion difficile

iPad : un jour, un usage - Épisode 9 : fait pour les jeux

À venir :

Épisode 11 : conclusion