La 3G, plus grand défaut de l'iPhone 3G ?

Et si le principal avantage de l’iPhone 3G (sa 3G très précisément) était en réalité son plus grand défaut ? Un mois après sa commercialisation, les premiers retours des consommateurs sur le téléphone à la pomme sont inquiétants pour Apple. Les forums américains dédiés au second opus de l’iPhone recèlent de plus en plus de messages mettant directement en cause la puce 3G du téléphone. Mauvaise réception, communications interrompues, basculement délicat entre EDGE et UMTS, sont autant de soucis techniques rapportés par les utilisateurs.

Le chispet en question

Nous vous parlions, dans notre test de l’iPhone 3G, de son chipset Infineon qui sert pour la 3G, certes, mais aussi pour la navigation GPS. C’est lui qui est la principale cible des critiques, avec en tête celles de Richard Windsor, analyste financier chez Nomura, qui rapproche les performances 3G de l’iPhone des premières expérimentations de la norme UMTS en Europe. Sa conclusion est sans appel : la puce n’est pas au point.

Aucune réaction

Jusqu’à présent, ni Apple, ni l’Allemand Infineon Technologies n’ont réagit à ces attaques. Et pour cause, une fois le problème constaté, il va falloir déterminer qui de l’un ou de l’autre est en cause. Mais ce silence n’est pas fait pour honorer Apple qui est de plus en plus montré du doigt par les analystes Outre-Atlantique. Enfin, signalons, pour une fois, la chance de l’Europe qui en disposant d’un réseau 3G bien plus développé que les Etats-Unis, ne souffre pas autant de ces carences supposées.