Quand iGoogle fait du Facebook

iGoogle, le portail web gratuit lancé par Google en mai 2005, est de plus en plus tenté de suivre la tendance « Facebook » puisque de nouveaux « gadgets sociaux » font leur apparition sur la page d’accueil du site.

Un Facebook like ?

Ces nouvelles fonctionnalités vous permettront de discuter et jouer avec vos amis. Une multitude de jeux sont proposés tels que le Scrabble ou les échecs. Vous pourrez aussi partager du contenu vidéo provenant de Youtube, ou les dernières nouvelles grâce à une option spéciale nommée « Updates ». À l’instar des réseaux communautaires, vous pourrez partager vos photos ou toutes autres informations concernant votre activité du moment, ou celles à venir, grâce à l’option « To-Do ». Vous pourrez également fusionner vos amis déjà présents dans Google Contacts dans la nouvelle option « Friend Group ».

Uniquement disponibles en Australie pour le moment, ces nouvelles options seront accessibles aux utilisateurs américains la semaine prochaine avant de débarquer en Europe dans un futur proche.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
13 commentaires
    Votre commentaire
  • the_gonzo
    Le nouveau iGoogle, il craint.
    1
  • tuxosaurus
    "Uniquement disponibles en Australie pour le moment, ces nouvelles options seront accessibles aux utilisateurs américains la semaine prochaine avant de débarquer en Europe dans un futur proche."

    Bizarre ça, mon iGoogle (.com) me le propose dès aujourd'hui.
    1
  • Fnouc
    c'est pitoyable cette mode du "communautaire"... le moindre truc qui a trois circuits dans le cul doit maintenant absolument se connecter à facebook, à youtube, et permettre de "partager du contenu" ou de "touiter"... sous peine de passer pour un truc has been

    la Nintendo DS, Google, les lecteurs DVD ou Blu ray, les téléphones, les téléviseurs, itunes...

    J'espère que je pourrai bientôt partager le contenu de mon frigo ou de mon lave vaisselle avec mes amis virtuels hein, comme ça ils pourront "poker" mes yaourts ou me dire s'ils "aiment les carottes râpées"

    c'est pitoyable

    vive le web 2.0... ça aurait pu être un truc fantastique, ça devient juste du bidon.
    -2