Les drones vont-ils bientôt devoir se faire immatriculer ?

Les drones de loisir vont-ils devoir se conformer aux mêmes règles que celles imposées aux appareils professionnels ? C'est ce que laisse envisager un appel lancé récemment par différents organismes d'aviation.

Actuellement, les drones de loisir (dont le poids ne dépasse pas les 2 kg) ne sont pas soumis à une immatriculation. Mais les choses pourraient bien changer. Dix organismes liés à l'aviation et à la sécurité aérienne viennent en effet de déposer un document dans lequel ils émettent toute une série de doléances. Parmi elles, l'obligation d'immatriculer chaque appareil dès son achat, lorsqu'il est revendu ou qu'il est simplement donné à quelqu'un d'autre. L'objectif est ainsi de renforcer les règles de vol, mais aussi et surtout de responsabiliser chaque pilote. Notez au passage qu'en France, une proposition de loi existe déjà et a été adoptée par le Sénat en mai dernier : elle oblige chaque propriétaire de drone à s'enregistrer par voie électronique.

>> Paris Drone Festival : la course sur les Champs-Elysées résumée en 2 minutes

Mais les dix organismes signataires de ce document veulent aller encore plus loin. Ils souhaitent également obliger les propriétaires à suivre une formation de pilotage et à obtenir un brevet. Ils veulent également limiter les capacités techniques des drones, et spécifient par ailleurs dans quelle mesure les propriétaires de drones jugés "inoffensifs" échapperaient à la réglementation d'une formation (le drone ne doit pas dépasser 250 grammes et ne peut pas s'éloigner de plus de 50 mètres du pilote). Reste à savoir dans quelle mesure toutes ces propositions seront ensuite prises en considération par les États européens, le temps qu'il faudra pour les adopter et comment ces mesures d'immatriculation vont pouvoir être imposées aux pilotes qui possèdent déjà un drone, parfois totalement customisé.

>> Comparatif drones : comment choisir ? Lequel acheter ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire