Plaque d'immatriculation : de l'encre électronique pour tout contrôler

L’association américaine des administrateurs de véhicules motorisés (AAMVA) étudie la possibilité d’intégrer de l’encre électronique dans les plaques d’immatriculation pour donner de plus amples informations sur le véhicule concerné.

Voiture non assurée, permis non valide ou encore contrôle technique dépassé, voilà autant de données que pourraient afficher les futures versions des plaques minéralogiques. L’AAMVA réfléchissait depuis quelque temps à l’utilisation d’un QR Code qui dispenserait les mêmes informations. Néanmoins, l’encre électronique permettrait de voir encore plus rapidement les informations importantes concernant le véhicule.

De plus, l’encre utiliserait le pigment rouge, récemment implanté dans sa palette. Elle aura l’avantage d’être beaucoup plus visible que le noir ou une nuance de gris. L’AAMVA présentera un prototype de cette plaque en août lors de son congrès annuel. Pour le consommateur, une telle évolution se traduirait par une facture alourdie. Lorsqu’une plaque classique coûte environ 5 dollars à produire (souvent par des prisonniers, d’où le bas prix), celle équipée d’un système d’encre électronique atteindrait les 100 dollars. Selon une récente étude, 13,8 % des Américains rouleraient sans assurance. La Floride et la Caroline du Sud sont partantes pour participer à des phases de tests de la plaque e-ink.

Une telle plaque pourrait également conduire à quelques abus. On pourrait très bien y afficher le temps du stationnement ou encore savoir si un excès de vitesse a été commis par le véhicule. Autant d’informations trop précises qui sauront alerter les associations de consommateurs avant que Big Brother ne monte à bord de la voiture.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Papounet17000
    Et pour les véhicules officiels, y aura t il marqué escrocs sur certaines ^^
    1