Des impôts sur les MMORPG

L’idée peut faire sourire ou frémir mais elle est bien réelle selon Reuters. Un économiste du Congrès américain, Dan Miller, a été mandaté pour réfléchir sur la question d’une taxation des revenus virtuels.

Or il est intéressant de constater qu’Internet est sans doute le plus flou des paradis fiscaux, comme une île du pacifique sans terre ni frontière. Les casinos virtuels et les ventes aux enchères ont déjà été sujets à débats. Mais quid des MMORPG qui proposent parfois d’échanger de l’argent réel contre la devise du jeu, comme dans Second Life ? Ce dernier verrait un flot de fonds de 500 000 dollars par jour transiter en son sein, sans compter les propriétés virtuelles, qui peuvent potentiellement être considérées comme des signes extérieurs de richesse !

Seulement comment établir une telle taxe alors que ce jeu est international ? Et doit-on établir l’impôt en monnaie virtuelle ou réelle ? Faudra-t-il alors mettre un inspecteur online pour les contrôles, former la police du fisc devant un écran ? Le temps que l’administration trouve des réponses à ces questions et agisse, les joueurs auront le temps de s’adapter. Et d’autres idées pragmatique risque bien de voir également le jour.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • wighie
    Avec le timbre "virtuel" pour les mails ça va faire la pair !
    0
  • Anonyme
    Mais je pensais que la France était championne du monde de la Taxe à en inventer de partout mais là…la barre est placée plus haut encore !
    0
  • videosnews
    Wighie ton idée a déjà été pensée. J’avais lui il y a quelque temps sur ce site dédié aux timbres-poste que AOL et Yahoo souhaitaient faire payer les Email. Dans un 1er temps pour les entreprises et ensuite pour les particuliers. La raison officielle " La lute contre le Spam".

    La France Straynart et surtout le cabinet du ministre de l'économie a réfléchi sur la question.

    À voir. Mais dans tous les cas c'est encore le particulier consommateurs qui trinque.
    0