L'impression 3D se met au métal

L’impression 3D concerne aussi le métal et non seulement les polymères en plastique. Cette année, plusieurs brevets relatifs à cette technologie tomberont dans le domaine public, ouvrant ainsi la voie à la démocratisation de cette méthode. Jusqu’ici, elle a été plutôt réservée aux industries de pointe comme le secteur de l’aérospatial.

L'impression 3D se met au métal

Contrairement aux techniques de fabrication classiques qui reposent sur la suppression ou le poinçonnage des métaux pour arriver à une conception prévue, l'impression 3D construit des objets couche par couche. L’assemblage des matériaux en fusion est réalisé par un laser piloté par un programme informatique. Grâce à l’utilisation d’outils de conception plus performants et la multiplication des logiciels de simulation, on obtient des métaux plus résistants, plus légers et surtout, plus rapides à fabriquer.

Les industries de pointe utilisent du métal imprimé en 3D

SpaceX a énormément utilisé les pièces métalliques sur mesure pour construire la chambre à combustion de son moteur-fusée Superdraco qui équipe le vaisseau spatial DragonV2. L’impression 3D leur a permis de réduire les couts, tout en améliorant la performance. Par ailleurs, le secteur de la santé profite aussi de cette technologie. Récemment, aux États-Unis, l’Agence chargée des médicaments (FDA) a approuvé l’utilisation d’implants qui comportent de composants métalliques imprimés en 3D.

>>> Lire aussi :Airbus Thor : le premier drone/avion imprimé en 3D


Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire