Imprimer du verre translucide en 3D, c’est possible !

Le MIT continue d’explorer les potentialités de l’impression 3D. Après l’imprimante 3D qui imprime 10 matériaux à la fois, voici un modèle innovant qui utilise du verre fondu comme matière première. Cette technologie pourrait trouver une application dans la médecine, l’architecture ou l’aérospatiale.

On doit cette recherche à l’équipe du MIT, dirigée par la professeure Neri Oxman. Baptisée G3DP pour « Glass 3D Printing », il s’agit d’une imprimante 3D qui imprime du verre pour créer des structures complexes. Si le processus se base sur le procédé FDM, la machine est composée de deux parties. D’abord, le verre est fondu à 1037°C dans un four intégré dans la partie supérieure de l’imprimante. Il sera par la suite envoyé vers la partie inférieure afin d’être extrudé via une buse spécifique, résistante à une température élevée. Le verre fondu est alors déposé couches par couches à partir d’un fichier 3D. Une fois refroidi et durci, il donne naissance à des créations translucides. Enfin, en variant le débit et la viscosité du verre en fonction de la température, il est possible d’obtenir des formes complexes.

Cette imprimante 3D est encore à l’état de prototype et les chercheurs sont en train de le peaufiner. Les créations issues de l’appareil seront prochainement exposées au Cooper–Hewitt, un musée consacré au design à New York.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire