En Inde, le WiFi public sert à consulter du porno

Avec plus de 1,2 milliard d’habitants, l’Inde est de plus en plus connectée, notamment au moyen de connexions WiFi publiques installées entre autres par les géants américains Facebook et Google. Mais les dernières études sur ces réseaux montrent que les usages les plus répandus chez les utilisateurs indiens ne sont pas les réseaux sociaux ou la recherche d’informations, mais tout simplement la pornographie.

C’est l’opérateur indien RailTel, qui a équipé plusieurs gares de train dans le pays en partenariat avec Google, qui constate ces chiffres sur son réseau auprès de The Economic Times. Selon les données récoltées dans la station de Patna, la plus utilisée de son réseau, les utilisateurs « recherchent principalement des sites pornographiques ». Sans diffuser plus de détails sur ses données, l’opérateur a également indiqué que les relais installés dans les gares de Jaipur, Bangalore et New Delhi montraient un trafic similaire chez les utilisateurs de passage.

Ce phénomène n’est toutefois pas nouveau, et la pornographie dans les lieux publics a déjà été source de problèmes par le passé. Récemment, la ville de New York a suspendu son projet LinkNYC, qui proposait au public d’accéder librement à Internet sur des bornes publiques, après avoir constaté des consultations trop fréquentes de sites pornographiques. Un peu plus tôt, McDonald’s a dû également imposer des restrictions à ses points d’accès pour éviter que les clients de ses restaurants puissent consulter des sites pornographiques. De son côté, RailTel compte en revanche augmenter la bande passante disponible dans la gare de Patna, où passent 200 trains par jour, afin de « prévenir les ralentissements de la connexion aux heures de pointe » et prévoit d’équiper jusqu’à 100 gares indiennes avant la fin de l’année, mais n’envisage pour l’instant pas d’imposer de restrictions quant à l’utilisation qu’ont les voyageurs de son service.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire