Le gouvernement interdit les avertisseurs de radars

Mise à jour du 12 mai 2011 : Coyote, Inforad et Wikango, principaux acteurs du marché des avertisseurs de radars, ont tenu une conférence de presse commune ce matin à 11 heures où ils ont appelé à manifester contre la décision du gouvernement.

Actualité originale du 11 mai 2011 : Les avertisseurs de radars seront interdits en France. La décision du gouvernement est sans équivoque et fait grincer des dents du côté des sociétés proposant ce genre d’appareils.

C’est un coup de massue pour les spécialistes du secteur : le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) vient donc de décider de l’interdiction des systèmes communautaires d’avertisseurs de radar. L’un des premiers à réagir a été Coyote encore sous le choc de l’annonce : « Nous sommes surpris par cette décision incompréhensible. Ce que nous pouvons vous dire aujourd'hui c'est que nous allons être 2.5 millions à nous défendre », évoquant ainsi la communauté d’utilisateurs. 

Une décision facile à appliquer ?

La décision du CISR pose pour l’instant plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Difficile de savoir ce qui sera réellement interdit par les textes de loi suite à cette annonce. « Les avertisseurs de radars, qui sont une incitation à enfreindre les règles en matière de limitation des vitesses, seront interdits », précise le communiqué de Matignon. On ne sait donc pas encore si cela concerne la vente ou l’utilisation. On pense notamment aux émetteurs FM dont l’utilisation est interdite en France, mais dont la vente est tolérée.

Autre question soulevée par cette interdiction : un policier pourra-t-il contrôler le contenu d’un smartphone pour y vérifier si le conducteur était en train d’utiliser une application ? Si les détecteurs dédiés sont facilement repérables sur un tableau de bord, les applications sont en revanche bien plus discrètes. Si le secret des correspondances électroniques lui interdit de vérifier vos e-mails ou SMS, il ne comprend pas forcément l’inspection des applications installées sur votre smartphone. Nul doute que les professionnels du secteur vont protester, Coyote a d’ores et déjà prévu une conférence de presse dans les prochains jours pour faire entendre son mécontentement.

En attendant, les applications dédiées à cet usage viennent occuper les meilleures places des ventes sur l’App Store depuis cet après-midi.

Notre comparatif d'applications anti-radars