Internet booste la vente par correspondance

Selon une étude rendue publique aujourd’hui par TNS Sofres et la Fédération des entreprises de vente à distance, le secteur de la vente par correspondance, encore appelé vente à distance, aux particuliers a progressé de 7,7% dans la première moitié de l’année 2005. Principal moteur de cette hausse : Internet, qui affiche fièrement une croissance de 45% de chiffre d'affaires des ventes en ligne. Le fruit est donc juteux et on comprend mieux pourquoi LDLC et Rue du Commerce se tapent dessus à coup d’avocats.

25% des français achètent en ligne

Selon l’étude, 25% des français utilisent la toile pour se procurer toute sorte d’objets : « Il y a une croissance soutenue et continue du e-commerce en France », a signalé le réalisateur de cette étude, Laurent Degène, « cette année, pour la première fois, parmi les internautes, il y a plus d'acheteurs que de non-acheteurs ».

51% des internautes réalisent des achats sur la toile

Et en effet, ce sont pas moins de 51% des internautes interrogés qui ont réalisé un achat en ligne au cours des six mois précédents, contre 46% et 36 % en 2004 et 2003. On peut donc évaluer à 12 millions le nombre d'acheteurs potentiels pour l’année en cours. Mais les plus attirés par ce mode d’achat restent principalement les adultes, dont le pouvoir d’achat est nettement supérieur à celui des jeunes, qui plébiscitent eux aussi ce mode de vente.

L'informatique, bonne troisième des ventes

Selon l’étude, les secteurs traditionnels de la vente par correspondance sont en train de trouver « leur place dans l'e-commerce ». On peut citer à titre d’exemple les vêtements, qui sont la première catégorie de produits achetés en ligne (39% des acheteurs ont acheté des vêtements en ligne), suivent de prêt les DVD avec 38%.

Le matériel informatique est un peu décevant puisque seulement 34% des personnes ayant acheté en ligne cette année l’on fait pour se procurer de l’informatique. Le secteur se place donc 3ème devant les CD audio (24%). On notera toutefois que le matériel informatique est désormais plus vendu en ligne que dans le commerce de proximité.