iPhone : Apple est-il anti-communiste ?

Le Russe et le Chinois figurent bien dans les options de langue du nouvel iPhone. Pourtant, Apple n’a pas encore trouvé d’accord avec les opérateurs téléphoniques de ces deux pays. En Russie, le marché est plutôt frileux : les consommateurs ont en majorité des offres prépayées, et ne sont pas habitués au type de forfait obligatoire avec le téléphone d’Apple. En Chine, c’est une clause spécifique à Apple qui bloque le processus : le principal opérateur du pays, China Mobile, refuse encore de reverser une partie du chiffre d’affaire tiré de l’iPhone à la firme à la pomme, même si cette dernière a baissé son offre. Rappelons que tous les opérateurs dans le monde qui proposent ce nouveau téléphone ont conclu ce type d’accord, assorti à un contrat d’exclusivité.

Pas de 3G en Chine, mais des iPhone

Cependant, les iPhone débloqués affluent dans les deux pays, boostés par le phénomène de mode, même si en Chine, le service 3G ne fonctionne absolument pas. Interrogé par Reuters, Shaun Rein, qui dirige China Market Research Group, déclare que « certains acheteurs chinois obsédés par leur standing consacreront plus d’un mois de salaire à l’achat d’un iPhone ».

Des accords encore incertains

Deux vendeurs de téléphones portables russes ont annoncé qu’ils étaient prêts à discuter avec Apple de leur coopération, mais Apple n’a pas encore déposé de dossier en Russie pour la certification de son nouvel appareil. En Chine, les discussions sont toujours en cours. En attendant, les iPhone américains alimentent les marchés parallèles chinois et russes… au bénéfice des revendeurs et de la firme à la pomme. Pour autant, les détracteur d’Apple ne pourront pas l’accuser d’anti-communisme, la Russie ayant rompu avec la doctrine marxiste depuis 1991.