Le FBI a piraté l'iPhone sans l'aide d'Apple

Sans l’aide d’Apple, les enquêteurs du FBI sont parvenus à accéder aux données de l’iPhone 5c de Syed Farook responsable, avec sa femme Tashfeen Malik, de la tuerie de San Bernardino qui avait coûté la vie à 14 personnes en décembre 2015.

Depuis le mois de février, le gouvernement faisait pression sur Apple pour qu’il « construise une porte dérobée (afin d'entrer) dans l'iPhone », explique le géant américain. Un appel à l’aide auquel Cupertino n’a pas souhaité répondre, arguant « que c'était une erreur et que cela créerait un dangereux précédent », notamment en terme de « sécurité collective et protection de la vie privée. » Dans ce début de bras de fer judiciaire, Apple avait reçu le soutien de grands noms de la sécurité ainsi que de certains magnats de la Silicon Valley, comme Google, Microsoft ou encore Facebook.

>>> Lire : Le FBI pourrait hacker l’iPhone sans l’aide d’Apple

Finalement, le FBI s’est attaché les services d’une tierce personne qui a pu s’introduire dans le smartphone « sans compromettre les informations », a commenté Eileen Decker, procureur fédéral du centre de la Californie, sans divulguer l’identité de la personne concernée. Étant parvenu à « accéder avec succès aux données stockées sur l'iPhone de Syed Farook » le gouvernement américain « n’a donc plus besoin de l'assistance d'Apple » et demande « l’annulation de l'injonction judiciaire du 16 février, avec laquelle elles avaient tenté d'obliger Apple à aider les enquêteurs à pirater le téléphone », peut-on lire dans un document transmis au département de la justice le 29 mars.

Aucun iPhone n'est inviolable

Dans les faits, cette affaire met surtout en exergue qu’aucun iPhone n’est inviolable. Le FBI vient de montrer qu’il existe une faille pour accéder aux données qui y sont stockées. Une découverte qui pourrait porter préjudice à Apple, « les dirigeants, responsables politiques, artistes et autres utilisateurs de l'iPhone sont susceptibles d'envisager de passer à un autre [appareil] », explique l’expert en technologies Robert Enderle.

>>> Lire : John McAfee mangera ses chaussures s'il n'arrive pas à pirater l'iPhone

Dans un communiqué, Apple déclare que « cette affaire n'aurait jamais dû avoir lieu. Nous allons continuer à aider les forces de l'ordre dans leurs enquêtes, comme nous l'avons toujours fait, et nous allons continuer à améliorer la sécurité de nos produits au fur et à mesure que les menaces et les attaques sur nos données deviennent plus fréquentes et plus sophistiquées. Apple croit véritablement que les gens aux États-Unis et dans le monde méritent que leurs données, leur sécurité et leur vie privée soient protégées. Sacrifier l'un pour l'autre ne fait qu'exposer davantage les gens et les pays à des risques. »

>>> Lire : Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire