La dernière minute du mois de juin durera 61 secondes

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, il faudra retarder d'une seconde nos trotteuses. Pourquoi donc ? Parce que la dernière minute du mois de juin devra compter 61 secondes, afin de synchroniser temps atomique international (TAI) et temps universel (TU).

En France, l'événement aura lieu le 1er juillet entre 1h59 et 2h du matin. C'est à ce moment précis qu'il faudra ajouter une seconde à nos montres. Pour les systèmes informatisés et qui se synchronisent sur l'horloge atomique, il ne devrait pas y avoir de problème. Pour tous les autres systèmes, en particulier ceux mécaniques, il conviendra de rajouter une petite seconde, et donc de retarder la trotteuse d'autant. En cause ? La rotation de la Terre, qui est un peu fantaisiste, et qui se décale du temps atomique. Daniel Gambis, directeur du Service de la Rotation de la Terre, explique que « sur le très long terme, la planète bleue a tendance à ralentir, en raison de l'attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil, responsable des marées. Elle est aussi sensible à divers aléas liés aux mouvements atmosphériques, aux variations des calottes glaciaires, aux séismes. »

Les horloges atomiques sont quant à elles quasiment infaillibles, puisqu'elles ne se décalent que d'une seconde toutes les 300 millions d'années. Ce n'est pas la première fois qu'un ajustement est nécessaire. Depuis 1972, 26 secondes (en comptant celles de cette année) ont été ainsi ajoutées. La précédente seconde intercalaire remonte à 2012. Certains pays comme les États-Unis ou même la France souhaiteraient néanmoins supprimer cette seconde, afin de se fier au temps atomique uniquement. Une réunion décidant de son maintien ou non aura lieu en novembre 2015 à Genève.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire