Kick Ass 2 : la Geek Critique

Le pitch : Quelques années après avoir mis fin à la pègre new-yorkaise en tuant Frank d’Amico d’un épique tir de bazooka, Kick Ass a inspiré de nombreux autres super-héros de la vraie vie. Avec certains d’entre eux, il va fonder « Justice Forever », sorte de groupe de super-héros inspiré de la Ligue de justice de DC ou des Avengers de Marvel. C’est sans compter sur le retour de Chris d’Amico, ancien Red Myst rebaptisé le Motherfucker. Ce dernier va tenter de donner un but à sa vie en devenant le premier super-vilain de la vraie vie en réunissant toutes les pourritures de New York et du monde. De son côté, Hit Girl, qui a perdu son père durant le premier film, essaye de mener une vie de petite fille normale et s’empêche de participer aux activités de tous ces pseudo super-héros.

4 raisons d’aller (ou pas) voir Kick Ass 2

Autant prévenir d’emblée, nous avions bien aimé le premier volet, sorti en 2010. Avec une moyenne de 3,9/5, le film est arrivé septième de notre classement des 40 meilleurs films de super-héros. Pourtant, à sa sortie, le film avait fait polémique pour une violence parfois jugée gratuite. Adaptée des comics Kick Ass 2 et Hit Girl, sortis en France entre juin 2012 et juillet 2013, cette suite promettait plus de violence, plus de super-héros et plus d’action. Pour le meilleur ou pour le pire ?

1 – Parce qu’il est moins fun que le premier

Le premier Kick Ass était une petite claque. Sorti à l’été 2010, une semaine avant Iron Man 2, il avait agréablement surpris par sa fraicheur, son côté déjanté et, surtout, son aspect fun. La bande originale et les scènes de combat parfaitement chorégraphiées de Hit Girl avaient scotché de nombreux spectateurs à leur fauteuil. Une expérience que l’on espérait renouvelée pour Kick Ass 2. Malheureusement, si du côté de la musique, on apprécie le remix de la musique de Tetris lorsque la super-vilaine Mother Russia passe à l’action, le fun s’est largement perdu entre temps. Les chorégraphies sont pauvres, la faute à un trop grand nombre de personnages, la musique fade, la gratuité et l’absurdité de la violence. Au lieu de profiter d’un spectacle fun et décomplexé, Kick Ass 2 nous offre une mise en scène, certes décomplexée, mais malsaine sans aucune raison.

2 – Parce que le comic book ne méritait pas d’être adapté

Tout comme Kick Ass était une adaptation d’une partie du comic book publié entre avril 2008 et mars 2010, Kick Ass 2 adapte les comics du même nom sortis entre 2009 et 2010 aux États-Unis ainsi que le spin-off Hit Girl. Si le premier comic book permettait à l’auteur Mark Millar de présenter son nouveau héros en jouant sur les dangers posés par le fait de vouloir devenir un super-héros, le second est bien moins bon, ne proposant pas d’arc narratif clair si ce n’est la violence et la destruction dont fait part le Motherfucker sans aucune raison. On est bien loin de l’aspirant Spider-Man du premier volet avec ses problèmes personnels entre son père et sa petite amie. D’ailleurs on remarquera à ce sujet le traitement de la relation amoureuse de Dave dans cette suite, plaqué au début du film par sa petite-amie afin de se débarrasser au mieux de cette intrigue sans doute trop peu épique pour le reste du film.

3 – Parce que Kick Ass devient un vrai super-héros

Dès le premier film, Kick Ass avait un vrai super-pouvoir. Suite à l’accident dont il a souffert au début de son aventure, il ne sentait déjà plus la douleur. Seulement, Dave Lizewski n’était alors qu’un nerd passionné de super-héros. Dans cette suite, Kick Ass s’entraine dur aux côtés de Hit Girl, développe une véritable musculature et de vrais réflexes de combat. On s’éloigne alors de plus en plus de l’aspect sympathique du « super-héros de la vraie vie » aux illusions désenchantées. Plus rien ne vient distinguer Kick Ass d’un véritable film de super-héros. Avec son insensibilité, il a même davantage de super pouvoirs que Batman et Iron Man réunis.

4 –Parce que même Jim Carrey ne l’assume pas

Outre certains membres du casting original qui ont rempilé pour cette suite, la grosse surprise de la production a été l’annonce de Jim Carrey dans le rôle du Colonel Star and Stripes, chef du groupe Justice Forever. Pourtant, même l’acteur de The Mask, Dumb & Dumber et Batman Forever s’est montré très critique sur le film une fois le tournage terminé en épinglant sa trop grande violence et en refusant d’en assurer la promotion à sa sortie. « Je ne peux supporter un tel niveau de violence », a t-il déclaré. Il est vrai que Kick Ass 2 place la violence gratuite à un niveau bien supérieur que le premier volet. Une scène de viol y est abordée comme une scène humoristique, l’utilisation gratuite des armes y est omniprésente et souvent sans justification scénaristique. Ceci sans même parler des blagues à base de vomi et de diarrhées ou le jeu lourdingue des acteurs, notamment au début du film quand il s’agit d’exposer au spectateur les événements s’étant déroulés dans le premier film.

Le verdict : Même si le matériau original était de bien mauvaise qualité, on espérait quand même suffisamment de Kick Ass 2 pour y croire. Malheureusement, la magie n’a pas pris et plutôt que nous scotcher au canapé avec des musiques dantesques, Kick Ass 2 propose une série B insipide que les plus courageux préféreront découvrir entre amis sur un canapé avec des pizzas que dans une salle obscure silencieuse.

Note : 1,5/5

Bande-annonce de Kick Ass 2

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire