Megaupload : 4 ans plus tard, Kim Dotcom extradé vers les États-Unis

Depuis près de quatre ans, Kim Dotcom est dans une situation transitoire. Plusieurs années après la perquisition de son manoir par le FBI et la fermeture de Megaupload, l’homme d’affaires sera extradé de la Nouvelle-Zélande vers les États-Unis.

>>> Megaupload : le FBI attaque, Anonymous contre-attaque

L’information vient du site TorrentFreak, spécialisé dans les questions de piratage et de propriété intellectuelle. D’après le site américain, un juge néo-zélandais a accepté l’extradition de Kim Schmitz, plus connu sous le pseudonyme de Kim Dotcom. L’homme d’affaires germano-finlandais, vivait en effet en Nouvelle-Zélande depuis 2010, cinq ans après la création du service Megaupload. Le 19 janvier 2012, son site est cependant fermé par le FBI et son manoir perquisitionné. Kim Dotcom est alors soupçonné d’association de malfaiteurs en vue d’une activité économique illégale, de contrefaçons de copyright et de blanchiment d’argent. Il faut dire que les sites Megaupload et Megavideo étaient essentiellement utilisés par les internautes afin de télécharger et regarder illégalement des films et des épisodes de séries TV, parfois même en payant un abonnement à ses services.

Depuis cette perquisition et sa libération sous caution, Kim Dotcom a fermé Megaupload et ouvert le site d’hébergement de fichiers Mega. Celui-ci se veut plus légal en se plaçant en simple concurrent de services comme Dropbox, OneDrive, Box.com ou Google Drive. Par ailleurs, Kim Dotcom s’est depuis lancé dans la politique avec la création de « l’Internet Party ».

Finalement, l’extradition de Kim Dotcom vers les États-Unis pourrait bien être le dernier épisode d’une saga qui n’a pas cessé depuis plusieurs années. Depuis septembre, les États-Unis demandent son extradition à la Nouvelle-Zélande afin de juger l’homme d’affaires. Finalement, le juge Nevin Dawson a accepté l’extradition. « Le juge Dawson n’a pas déterminé la culpabilité ou non, mais a conclu que le département de la justice américaine avait présenté suffisamment de preuves pour que la Nouvelle-Zélande autorise la demande d’extradition des États-Unis », précise le site TorrentFreak.

De son côté, Kim Dotcom ne semble pas particulièrement inquiet par la décision judiciaire. Sur Twitter, l’homme d’affaires semble se moquer de son procès et se veut optimiste : « Ne vous en faites pas. Personne ne gâche notre Noël ! Tout va bien ! »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire