Les fabricants d'écrans LCD accusés d'entente sur les prix

Andrew Cuomo a annoncé vendredi poursuivre les principaux fabricants d’écrans LCD, après selon lui, une décennie (de 1996 à 2006) d’entente sur leurs prix. Ce sont ainsi, Samsung, Sharp, Toshiba, Hitachi, LG et certains moins connus du grand public comme AU Optronics, Chi Mei et CMO.

Ils sont accusés de vendre leurs dalles à des prix fixés illégalement à des entreprises comme Dell et IBM. Le problème est de taille puisque ces deux entreprises ont revendu leurs machines à des services publics tels que le gouvernement fédéral, contés, municipalités, lycées, hôpitaux ou casernes.

Selon le procureur Cuomo, le cartel a ainsi dominé un marché estimé à 70 milliards de dollars. D’après lui, de hauts dirigeants de chaque entreprise se sont rencontrés régulièrement pour convenir des conditions. « Les dommages sont estimés à plusieurs dizaines de millions de dollars », a précisé Matt Glazer, porte-parole du procureur.

Sollicités par la presse à plusieurs reprises, Samsung, Toshiba et Hitachi ont pour l’instant décliné tout commentaire.