Legitmix invente l'achat de musique à prix variable

Legitmix détermine les morceaux que l'on possède déjà pour fixer le prix du mixLegitmix détermine les morceaux que l'on possède déjà pour fixer le prix du mixDifficile pour un DJ ou artiste peu connu d’obtenir les droits des morceaux qu’il souhaite inclure dans un mix ou sampler pour sa chanson. Legitmix a trouvé un moyen ingénieux de se passer de cette étape laborieuse tout en permettant au consommateur de payer sa musique moins cher. En toute légalité.

Il est des concepts très originaux qui ne sont pas toujours faciles à expliquer, mais qui sont d’une ingéniosité certaine. Le service musical Legitmix en fait certainement partie. Il part d’un constat simple : les jeunes DJs (ou peu réputés) peinent très souvent à « clearer » les droits d’auteur de leurs mixes. Derrière ce terme technique employé par la profession se cache l’action de négocier avec les ayants droit l’utilisation des titres utilisés au sein d’une compilation mixée ou d’un morceau dans lequel il aurait été samplé. Cette démarche représente souvent la croix et la bannière pour les artistes n’étant pas signés par un label ou ne disposant pas d’une cellule juridique pouvant s’en occuper.

Legitmix a donc eu une idée très ingénieuse : proposer au consommateur d’acheter tous les titres composant le mix du DJ. Ainsi, les droits d’auteur sont respectés et l’artiste peut se concentrer sur sa création sans avoir à se préoccuper de questions juridiques. Concrètement, le mix est proposé à seulement un dollar auquel vient s’ajouter le prix des chansons y figurant. Avantage : si l’utilisateur possède déjà certains titres, le prix global baisse d’autant. Pour l’instant confidentiel et encore en bêta, le service pourrait bien devenir populaire si des noms reconnus l’utilisent pour publier leurs mixes. 

Un prix dégressif selon la musique que l'on possède déjà

C’est le cas du producteur Diplo (réputé pour son travail avec M.I.A., Santigold, Major Lazer et les travaux de son label Mad Decent) qui vient de publier un mix sur la plateforme. Il est donc vendu un dollar plus le prix des 13 titres qui le compose (16,46 dollars), ce qui monte le prix global à 17,46 dollars. Lors de l’achat, un module Java intégré au navigateur scanne de manière très rapide (une minute) le disque dur de l’acheteur pour détecter s’il possède certains titres du mix. Si c’est le cas, le consommateur n'achètera donc que les morceaux qui lui manquent et verra le prix global déduit de la somme correspondante.

Au final, tout le monde est gagnant. Le DJ ne perd pas son temps à s’occuper de questions juridiques et est certain de pouvoir diffuser son mix. Les ayants droit touchent des royalties sur leurs chansons vendues par ce biais. Enfin, l’acheteur final a la possibilité de payer l’oeuvre moins cher, sans avoir à repayer les droits d’un titre qu’il possède déjà. Pour l’instant limité à une niche de mélomanes curieux, Legitmix pourrait s’étendre à une cible plus large d’amateurs de hip-hop ou de musiques électroniques, styles dans lesquels l’art du mix est capital.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire