La Grande Aventure Lego : la Geek Critique

Le pitch :Emmet est une figurine Lego on ne peut plus ordinaire. Il ne présente aucune capacité particulière, il est transparent aux yeux de ses congénères. Ce parfait antihéros se fond dans la masse du monde formaté par la politique totalitaire de Lord Business, sombre président déspotique de la société Octan et de la ville de Bricksburg. Dirigiste, ce personnage ne supporte pas le chaos. Chaque brique doit être à sa place, dans la position voulue pas les plans. Pour encrer une fois pour toutes cette règle, Lord Business décide de figer son monde à l’aide du Kragel. Ses dissidents n’ont qu’un moyen de stopper son plan machiavélique : trouver la pièce de résistance, la seule capable de contrer l’attaque du Kragel. Une prophétie parle d’un Être « spécial » qui trouvera la pièce de résistance et mettra à mal les projets de Lord Business. Par un concours de circonstances, Emmet va devenir cet Être spécial et partir dans une quête pleine de rebondissements et de rencontres étonnantes.

5 raisons d'aller voir (ou pas) La Grande Aventure Lego

C’est un rêve de gosse, un hommage à tous les amateurs, petits et grands, des petites briques danoises. Après avoir mené à bien Tempête de boulettes géantes et 21 Jump Street, le duo Phil Lord et Chris Miller s’est attelé à la réalisation du premier long métrage Lego de l’histoire du cinéma. 60 millions de dollars plus tard, ils accouchent d’une œuvre réfléchie qui réussit à partager son intérêt entre l’aventure pour les enfants et la réflexion pour les adultes, le tout teinté de références et d’une once de nostalgie. Premier au box-office américain depuis sa sortie, La Grande Aventure Lego est désormais sortie dans les salles obscures de l’Hexagone. Le public français tombera-t-il sous son charme ? Quoi qu’il en soit Lego, satisfait des premières retombées, a d'ores et déjà annoncé la production d’un second volet.

Oui - Parce que c’est superbement réalisé

Pour qui a l’habitude de surfer sur Internet, il est impossible de ne jamais être tombé sur une vidéo Lego. Ils foisonnent ces courts-métrages réalisés par des amateurs de tout poil capables de, patiemment, capter en stop-motion leurs décors Lego. C’est pour leur rendre hommage que Phil Lord et Chris Miller ont choisi de ne pas réaliser un film d’animation traditionnel, mais plutôt de coller à cet esthétisme particulier des fans films Lego. Ainsi, tous les décors ont été produits manuellement à partir des seules pièces Lego. La production s’est interdit de créer des pièces non disponibles au catalogue du fabricant danois. Fournies par Lego, 15 millions de briques ont été utilisées lors du tournage du film. Une fois construit, chaque décor était reproduit par informatique puis animé  dans le studio d'animation d'Animal Logic en prenant bien soin de créer un rendu « stop-motion ». Au final, face à l’écran de cinéma, on a réellement l’impression d’être une caméra macroscopique plongée dans nos jeux d’enfants. Une sensation prenante qui ne manque pas de titiller l’envie de ressortir ses boîtes de petites briques, aussi tôt l’aventure achevée.

Si le rendu visuel fonctionne parfaitement bien, il est dispensable d’aller voir le film en 3D. On est plus gêné qu’autre chose par les lunettes. L’ambiance du cinéma se suffit à elle-même pour immerger le spectateur dans l’action. Seules quelques rares scènes mettent à profit cette technologie. Enfin, pour ne pas terminer cette partie sur une note négative, précisons que la réalisation bénéficie d’un doublage français de qualité qui permet de s’autoriser une infidélité à la sacro-sainte VOST.
Une réalisation animée par ordinateurUne réalisation animée par ordinateur

Oui - Pour ses multiples références

La Grande Aventure Lego parle aux fans par sa réalisation, mais aussi grâce à ses nombreuses références à la culture populaire. Grâce à la diversité des gammes de Legos, on croise dans le film Gandalf du Seigneur des Anneaux, Dumbledore d’Harry Potter ou encore des personnages de DC Comics et de Star Wars. Il y a même un personnage pour les vieux briscards qui ne se rappellent que des Legos des années 80. Nommé Benny, c’est un astronaute tout droit sorti d’un vaisseau spatial Lego désormais trentenaire. Attachant, on regrette néanmoins qu’il n’occupe pas plus de place dans le film ou plutôt que les éléments excitant la fibre nostalgique des spectateurs adultes ne soient pas plus nombreux. On parle d’aventure spatiale avec Benny, mais il y a aussi le Far West, le temps de chevaliers ou encore le Pays des Nuages Perchés, un endroit construit sous amphétamine auquel on accède par un arc-en-ciel.

Tous ces mondes parallèles se retrouvent ingénieusement mêlés dans une grande toile qui n’est pas sans rappeler un autre film de la Warner : Matrix. Les similitudes sont troublantes. Dans le film des frères Wachowski, Neo est l’Élu qui découvre que le monde dans lequel il vit n’existe pas. Il en va de même dans La Grande Aventure Lego. Emmet, le « spécial », découvre peu à peu les univers qui composent son monde et prend conscience de l’existence d’un « être d’en haut ».
Benny, le Lego des années 80Benny, le Lego des années 80

Non - Parce que Lego veut imposer sa vision

Bien évidemment, il est difficile de faire un film sur une marque de jouets sans tomber dans l’écueil du merchandising. Si, d’apparence, La Grande Aventure Lego ne semble pas construit dans cet objectif c’est parce que le message est beaucoup plus sournois, établi en profondeur dans le scénario du film. En réunissant tous ses univers dans un seul film et en faisant de Lord Business le méchant qui cherche à les garder bien séparés et ordonnés, la firme danoise susurre aux jeunes oreilles qu’elles peuvent et doivent même mélanger les briques qu’elles appartiennent ou non à la même boîte ou, plus fou encore, à des gammes différentes.

Cette critique des collectionneurs (oui, ce sont les premiers visés) tente de rappeler que les Legos sont avant tout des jouets et qu’il faut libérer sa créativité en les manipulant. C’est d’ailleurs en ce sens qu’est forgé le personnage d’Emmet. Sans personnalité, il est pourtant défini comme étant spécial, la morale étant que chacun a assez d’imagination pour construire ses propres inventions. En définitive, on peut aussi penser que Lego cherche à attirer ses jeunes consommateurs vers d’autres univers auxquels ils ne touchaient pas jusqu’alors, préférant se cantonner à tel ou tel univers, Lego City, Ninjago ou encore Star Wars pour n’en citer que quelques-uns. Cette diversité forcée, Lego l’a même mis en pièces avec de nouvelles boîtes tirées du film et reprenant les créations hétéroclites que l’on peut y trouver.
Le psychédélique Pays des Nuages PerchésLe psychédélique Pays des Nuages Perchés

Oui et non - Parce que c’est trop long et trop dense

Enfin, achevons cette critique comme nous avons terminé le film, avec un souffle de satisfaction doublé d’un soupir de fatigue. Oui, car La Grande Aventure Lego dure tout de même 1h40, ce qui est long pour un film d’animation. D’accord, il n’y a pas de temps mort. D’ailleurs, c’est aussi un problème. On ne trouve pas de pause dans la narration, tout comme dans l’action qui s’enchaîne à un rythme effréné. C’est épuisant. Certes, un film d’aventure doit être dynamique, mais là on aimerait tout de même pouvoir reprendre un peu plus son souffle. Le scénario jette trop de références en même temps au spectateur qui n’a pas le loisir d’en profiter assez longtemps. Le scénario fait la part belle à un ballet incessant de caméos (références) qui noient un peu le poisson sur certaines scènes.

Verdict : Si l’on a cherché ici la petite bête, La Grande Aventure Lego reste un excellent film d’animation. Une production qui donne du fil à retordre à Pixar qui trouve ici un concurrent valable. La réalisation superbe et l’amoncellement des petites briques parlent directement à ceux qui jouent ou qui ont joué avec ces personnages aux têtes toutes jaunes. Le tout est teinté d’une morale que l’on fera sienne ou non. Reste un bon moment que l’on a hâte de prolonger avec le second épisode.

Note : 4/5

La Grande Aventure Lego

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire