Sous la pression de Greenpeace Lego enlève Shell de ses briques

Lego met un terme à son partenariat avec Shell, une aventure qui dure depuis 1966. La pression exercée par Greenpeace sur l’industrie pétrolière lui aurait fait courbé l’échine.

« Nous tenons à dire qu’en l’état actuel des choses, nous ne renouvellerons pas le contrat de co-promotion qui nous lie à Shell », explique  dans un communiqué le PDG de Lego, Jørgen Vig Knudstorp. En cause, une vidéo postée sur Internet en juillet dernier par Greenpeace. L’organisation non gouvernementale a alors décidé de s’attaquer à Shell et à ses actions de forage en zone arctique.

Enliser Lego dans le pétrole

Shell est partenaire de Lego, le medium est tout trouvé. Une boîte de briques de chantier polaire, un diaporama bien pensé et la bande originale du film Lego mise au ralenti. Le tout présente un cercle arctique dans un premier temps préservé et joyeux. Ensuite, les ouvriers de Shell débarquent et enlisent la banquise dans le pétrole, détruisant tout son écosystème. Tout est parfaitement associé pour démonter Shell par l'intermédiaire de Lego.

Et Greenpeace ne s’en défend pas, pointant du doigt et diabolisant le partenariat de Shell et Lego. « Nous aimons Lego. Vous aimez Lego. Tout le monde aime Lego. Mais quand l’aura de Lego est utilisée pour vendre de la propagande aux enfants, spécifiquement lorsqu’il s’agit d’une entreprise qui détruit la nature dont nos enfants hériteront, nous devons faire quelque chose. »

Le clip réalisé par l’organisation écologiste a été vu plus de 5 millions de fois sur Internet et s’est accompagné d’une pétition qui a recueilli plus d’un million de signatures.

Une seule issue, abandonner Shell

Lego a alors pris les devants en expliquant « accorder une grande valeur aux commentaires et aux opinions de nos fans, des enfants, des parents, des ONG et d'autres intervenants. » Le groupe a ajouté qu’il est « profondément attristé que la marque Lego soit utilisée comme instrument dans un différend entre organisations » et qu’il encourageait Shell « à assumer pleinement ses responsabilités, quelle que soit la région où le groupe mène ses activités. »

Désormais à l’abri, Lego a tout de même précisé qu’un contrat à long terme a été signé avec Shell en 2011, contrat qu’il souhaite honorer. Celui-ci doit courir encore durant 18 mois.

De son côté, Greenpeace savoure sa victoire, clamant que « Lego ne sera plus le jouet de Shell. » Espérons qu’ils ne s’en prennent pas ensuite à Octan. Cette compagnie pétrolière étant factice, ils s’y casseraient les dents.

Everything is NOT awesome

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire