Les logiciels libres au Brésil

Infos-du-Net.comDécouvert le 22 avril 1500 par le navigateur portuguais Pedro Alvares Cabral, le Brésil est d'abord colonnie portuguaise. Le bois brésil est l'une de ses principales richesses naturelle à cette époque, est exploité par les colons, au moyens d'esclaves noirs africains. Proclamée indépendant le 7 septembre 1822, le Brésil n'aura cependant une vraie république qu'à partir de 1889, soit un an après l'abolition de l'esclavage, le 13 mai 1888.

Le 27 octobre 2002, le premier président socialiste du Brésil, Luis Inacio Da Silva (dit 'Lula'), est élu, avec 61.4% des voix. Son travail pour redresser économiquement le pays est immense, mais la population croit en lui, et les résultats semblent là, également. Comptant plus de 175 millions d'habitants, le Brésil est le premier pays catholique d'Amérique du Sud. Les richesses sont très mal réparties dans ce grand pays, où l'on estime qu'en 2002 entre 22 et 55 millions de personnes souffraient de la faim. Le président Lula connait bien les problèmes sociaux, puisqu'il a longtemps milité comme syndicaliste avant d'accèder à la présidence de la république. Lutter contre la faim dans son pays fait partie de ses principaux objectifs.

Mais le Brésil est également très ouvert à l'informatique. Cependant, le pays n'a pas énormément de marge de manoeuvre économique, au vu des chantiers importants. Le gouvernement a donc commandé un rapport au MIT (Massachussets Institute of Technology, qui est considérée comme la meilleure université en terme d'informatique avec Berkeley dans le monde). Walter Blender, directeur éxecutif du MIT a clairement reconnu dans ce rapport la qualité des logiciels libres, bien supérieurs aux versions limitées des logiciels propriétaires.

Ainsi, le Brésil utilise les logiciels libres au sein de ses administrations, et les développements fais par celles ci, voire ceux fait par les mandataires privés travaillant pour l'état (comprendre avec des capitaux de l'état) se doivent de publier le logiciel sous licence libre.

La majorité des habitants ne peuvent se payer un ordinateur, et encore moins acheter des logiciels propriétaires, au vu des prix des licences. Cependant, le gouvernement est conscient du rôle crucial de l'informatique. Il a donc été décidé une opération pour favoriser le développement de la micro-informatique personelle. L'opération baptisée "PC Conectado" (PC Connecté) devrait permettre à des millions de Brésiliens de s'équiper de leur première machine, pour un coût d'environ 1400 reais (le Real est la monnaie officielle), soit entre 390 et 420€. Il sera bien évidemment possible de payer à crédit, à raison de 50 à 60 reais par mois, sur 24 mois. La mesure ne fait cependant pas l'unanimité, puisque les détracteurs considèrent que la priorité devrait être donnée à l'équipement des écoles, sont 81% n'ont même pas d'ordinateur.
Le gouvernement a déclaré y travailler, ainsi qu'avoir débloqué une aide de 70 millions d'euros, dans le but de créer un millier de Centres Communautaires pour les régions les plus pauvres. Dont les ordinateurs seront bien évidemment équipés en logiciels libres.

Les caractéristiques techniques sont à cent lieux d'une machine surpuissante, mais largement suffisants :
* Processeur Intel D315/D320 ou AMD 2200+/2400+
* 128Mo de RAM
* 40Go de disque dur
* lecteur CD-ROM 52x
* lecteur disquette 3'1/2, 1.44Mo
* Fax/Modem 56Kbits
* Carte réseau, son et vidéo
* Clavier brésilien (ABNT2)
* Souris 2 boutons standard
* Tour format ATX, 300W, avec 4 ports USB, dont 2 en facade.
* écran cathodique 15'

Du côté logiciel, le cahier des charges stipule :
* Système d'exploitation
* Suite bureautique (traitement de texte, tableur, présentation)
* Navigateur internet
* Anti-Vírus
* Parfeu
* Client Email
* Logiciel de (dé)compression
* Gestionnaire de téléchargements
* Client FTP
* Mise à jour automatique
* Assinador de Certificados (?)
* Plug-In Java et Flash
* Lecteur PDF
* Calculatrice
* Client Chat (IRC ?)
* Messagerie Instantannée
* Videoconférence
* Reproducteur multimédia (?)
* Jeux
* Editeur de sons, d'images
* Logiciel de dessin
* Editeur HTML
* Animation 3D

Cette tendance "libriste" n'est pas nouvelle. Nombreux sont les pays d'Asie qui se sont déjà lancés. Entre le développement de la distribution RedFlag, dédiée aux pays asiatiques, la Corée du Nord qui incite à l'utilisation de logiciels libres sur les machines vendues au grand public, la Thaïlande, ainsi que la Malaisie se tournent également vers le libre, malgrès les énormes rabais consentis par Microsoft (jusqu'à 95% !).
La confiance croissante des gouvernements en les logiciels libres devrait permettre d'atteindre une masse critique d'utilisateurs, afin de faire pression sur les constructeurs pour qu'ils soient plus collaboratifs avec le monde du Libre.

Liens : Site du gouvernement dédié au Libre
Le Brésil chez WikiPedia
RedFlag Linux

Source : LinuxFR.org
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • grossefrancoise
    Article trés intéressant merci.

    Attention quand même aux fautes d'orthographe.
    0
  • Yendis
    Et quand on sait que le Brésil est la 9e puissance économique mondiale (mesuré par le PNB), ça donne encore plus de poids à cette mesure pour le libre.

    NB: la monnaie, c'est le Real.

    :-D :-P :-D :-P :-D
    0
  • haejin
    je me demande tout de même si les gouvernements et les organismes privés ont le droit d'utiliser des logiciels libres gratuitement... ?
    0