La police teste la délation 2.0

Dénoncer, n'est pas tricherDénoncer, n'est pas tricher

Depuis le 19 septembre, le ministère de l'Intérieur propose aux habitants de l'Essonne d'utiliser leurs adresses mail comme outil de délation. Une pratique high-tech discutée.

Vivre avec son temps

Jean-Claude Borel-Garin, directeur départemental de la sécurité publique, se demande "Pourquoi la police ne pourrait pas recevoir des informations alors que tout le monde en reçoit ? Il faut vivre avec son temps." Certes, mais d'un autre côté, se déplacer au commissariat demande plus d'effort que de cliquer sur "envoyer", coincé au fond d'un fauteuil. Aussi, cette technique pourrait annihiler le temps de réflexion que pouvaient auparavant s'accorder les citoyens. Rappelons que le Droit français n'oblige pas à dénoncer un crime ou un délit passé.

Une charge de travail infructueuse pour la Police

Du point de vue de la police, première concernée, on ne voit pas d'un bon œil cette nouvelle formule. Selon Christophe Gesset, conseiller technique au syndicat de Police Synergie Officiers, interrogé par l'Express, "toutes les élucubrations qui vont arriver sur le terminal vont être soumises à enquête à des collègues déjà pas assez nombreux." En définitive, "Ce sera une charge supplémentaire où 95% du boulot ne servira à rien et sera fait au détriment d'autres choses." Aussi, il est bon de souligner que les allégations mensongères ayant entraîné des recherches inutiles sont punissables de 6 mois de prison et de 7500 € d'amende.

Sacrifier la démocratie

Enfin, bien que le Ministère de l'Intérieur garantisse un parfait anonymat aux délateurs, il ne faut pas oublier qu'une boîte mail se pirate. On pourrait alors trouver des données marchandables dans celles de la Police. Il va sans dire que le schéma se rapproche sensiblement de celui d'une police passée. Pour reprendre les mots de notre confrère du Monde, Georges Moréas, "faut-il sacrifier ses principes sur l’autel de l’efficacité ?"

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • kleuck
    100% resucée
    2
  • lapz
    Ah bon ? A part la phrase "faut-il sacrifier ses principes sur l’autel de l’efficacité ?"de Georges Moreas, il n'y a éventuellement que des points de loi en commun. Mais la loi n'est-elle pas la même pour tous ?
    -3
  • kleuck
    La structure même des paragraphes est la même, arrête.
    2