Microsoft et les majors : je t’aime, moi non plus

Le téléchargement de musique, qu’il soit payant ou gratuit, est devenu une mode incontournable dès lors que l’on navigue un peu sur la toile.
Les services payants rencontrent d’ailleurs un succès grandissant, sans que l’on sache vraiment s’il s’agit d’un phénomène de mode ou d’une peur de représailles pour téléchargement illégal.
Toujours dans un soucis constant d’étendre ses secteurs d’activités le plus possible, Microsoft planifiait de lancer à son tour son service de téléchargement, après Sony, Virgin, et sa bête noire Apple.
Ce projet s’est malheureusement vu abandonné, la firme de Redmond n’arrivant pas à trouver un accord avec les majors pour commercialiser la musique escomptée...

"Les majors deviennent gourmandes" (Steve Jobs, septembre 2005)

Après de longs pourparlers, les entretiens entre Microsoft et différents labels ont pris fin de manière peu propice à un accord.
Microsoft a en effet cessé les discussions entamées avec EMI Group, Warner Music Group, Universal Music Group, et Sony BMG, car il semblerait que les deux parties n’aient pas pu trouver un terrain d’entente.
L’éditeur américain reprocherait à ces majors de réclamer des royalties un peu trop élevées à son goût.
En effet, on parle de royalties atteignant six à huit dollars par usager et par mois reversées respectivement à chacune des maisons de disques.
Les majors, elles, se défendent en affirmant que c’est conforme à ce qui se pratique avec des services de ce type déjà existant.
Visiblement, ce n’est pas conforme pour Microsoft.
Ce différent n’est pas sans nous rappeler celui qui avait fait du bruit il y a peu de temps entre Steve Jobs, propriétaire de la plateforme de téléchargement en ligne iTunes, et ces mêmes majors, que le patron d’Apple trouvait "trop gourmandes"...

"Oui, c’est bien vrai !" (Bill Gates, octobre 2005)

Quelles sont maintenant les issues pour Microsoft ?
L’éditeur va-t-il devoir abandonner sa plateforme de téléchargement en ligne à cause de ce différend ? Pas sur...
Il semblerait que cette mésentente ait conduit la firme de Redmond à poursuivre des discussions entamées avec AOL, filiale Internet de Time Warner, afin de prendre une participation à son programme de musique en ligne.
C’est de toutes manières une alternative que Microsoft aurait préféré puisque l’éditeur a laissé entendre que cette rupture mettait en «veille» ce projet de téléchargement de musique.

Source : Reuters
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • manslipkorn
    Tiens, surpprenant, Microsoft qui se bat pour faire baisser les prix, je trouve ça étonnant, remarque c'est peut-être pour s'en mettre un peu plus dans leur poche, en tout cas, je penses que là dessus, ils ont raison, et peut-être qu'à force d'être de plus en plus nombreux à les blamer, les majors finiront par céder.

    Par contre, j'ai l'impression que c'est la première fois que Bill Gates et Steves Jobs trouvent un terrain d'entente, et c'est tant mieux, c'est que comme ça que les choses avanceront.

    Bon, suite au prochain épisode ! ! !
    0
  • Twiggy38@IDN
    Citation:
    Tiens, surpprenant, Microsoft qui se bat pour faire baisser les prix, je trouve ça étonnant


    toute entreprise cherche à baisser les prix, je ne vois pas en quoi c'est étonnant...
    0
  • yellow91240
    le jours ou itune decidera d etre une majors les choses vont changer , y compris au niveau des tarifs !
    0