Une manifestation anti-DRM aux États-Unis

Infos-du-Net.comIl n’y a pas qu’en France que le piratage et les DRM déchaînent les passions.
Les États-Unis connaissent aussi ce phénomène de société et les débats sont là-bas au moins aussi houleux qu’ici à ce sujet.
Convaincue que ce qu’elle appelle le piratage est responsable de ses pertes estimées dans les ventes de disque, l’industrie de la musique veut imposer des DRM partout, dans les fichiers MP3 achetés sur le Net, dans les CD, dans les webradios, etc.
Si cette mesure a du mal à passer ici, c’est également le cas en Amérique, où les étudiants se plaignent eux aussi des droits que les DRM leur enlèvent.
Et pour bien faire entendre leurs plaintes, rien de mieux qu’une petite manifestation...

Les étudiants de Philadelphie sont donc prêts pour aller manifester contre les DRM devant le Tower Records.
Leur motif ? Un peu le même que tout le monde, ils clament haut et fort que les DRM verrouillent injustement la musique contenue sur un CD et restreignent leur utilisation.
La copie, par exemple, d’un CD sur un baladeur numérique peut devenir, à cause des DRM, très difficile, voire impossible.
“Ces DRM sournois mettent les droits de l’utilisateur en danger et l’empêchent de faire des choses parfaitement légales comme mettre des musiques sur votre iPod. C’est ridicule; les consommateurs ne savent même pas qu’ils achètent un disque non fonctionnel”, affirme Nelson Pavlosky, président et cofondateur de l’association Free Culture.
La manifestation aura donc lieu samedi 25 février dans l’après-midi et aura pour but de faire entendre la voix de nombreux consommateurs mécontents de l’attitude des majors face à la copie privée et de leur solution du “tout-DRM”, mais aura aussi pour but de rallier plus de monde encore à la cause des manifestants.
“Personne ne voudrait acheter un CD qui ne fonctionne pas; si vous n’avez même pas le droit de le copier sur un iPod, pour quoi payez-vous exactement ? Nous voulons que les maisons de disque remplacent ces CD et payent pour les dommages causés aux consommateurs”.

Source : Afterdawn
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • LoG@IDN
    Apparement l'industrie n'a pas supporté de devoir passer à un format, et non plus un support qui pourrait être plus facilement controlé. De toute facon, en dehors de la copie privée etc, ils n'arriveront jamais à contenir ce phenomene ... la seule solution reste donc la licence globale !!
    0
  • DarkCygal
    La license globale paraît en effet être la "moins pire des solutions". Il est sur que les "petits artistes" seront peu rémunérés avec cette méthode, mais d'un autre coté ces artistes ne se trouvent pas avec les logiciels de p2p. On aura beau dire, télécharger un album de La Rue Kétanou reste plus difficile que de se procurer le dernier Green Day... (même si il ne faut pas télécharger, c'est MAL, comme dirait la RIAA) :-D
    En tout cas, il n'est pas acceptable que transférer ses chansons sur son iPod devienne illégal, où va-t-on sinon? Après, ils pouraient venir nous dire qu'écouter une chanson sur son baladeur est illégal, car on pourrait enregistrer le son produit... Ils devraient accepter cette réalité, qui est celle d'Internet: dès que l'on publie une oeuvre, on risque le plagiat, etc. Et pour contrer ce "piratage", développer des méthodes alternatives paraît aussi être une solution (exemple: le succès d'iTunes).
    0
  • tomlev
    C'est marrant, il me semble qu'en général les Français sont plus prompts à aller manifester que les Américains, mais là ils nous ont devancés... il faut dire que la RIAA est sans doute plus influente que la SACEM, et met plus de pression sur les consommateurs.
    Et nous alors, quand est-ce qu'on sort dans la rue ? :invasmiley:
    0