Le MIT développe des matériaux vivants


Imaginez un appareil électronique qui pourrait se réparer tout seul en cas de panne. Cela pourrait bientôt être possible grâce aux recherches effectuées par les scientifiques du MIT. Ils ont récemment développé des matériaux vivants qui pourraient être utilisés dans les objets du quotidien.

De la même manière qu’un os se régénère après une lésion, l’équipe dirigée par le Pr. Timothy Lu a voulu reproduire le principe de régénération mais en tirant parti de la biologie. Pour concevoir ce matériau d’un nouveau genre, les chercheurs ont modifié génétiquement des bactéries E.coli afin de mieux gérer leur production de biofilms. En y ajoutant quelques produits chimiques externes, ils sont parvenus à créer un matériau hybride, combinant les propriétés d’une matière vivante et non vivante à la fois. Ainsi, les biofilms obtenus peuvent capturer les nanoparticules d’or dans l’environnement afin de conduire l’électricité. Plus loin, ils peuvent s’allier à un point quantique pour ses propriétés électroniques.

En plus d’ouvrir la voie à des matériaux auto-régénérants, une telle méthode permettrait de donner naissance à des cellules photovoltaïques plus performantes ou des capteurs plus sensibles d’ici quelques années.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire