La fermeture de Megaupolad a fait baisser le box-office mondial

D’après une étude menée conjointement par l’école de gestion de Munich et l’école de commerce de Copenhague, la fermeture de MegaUpload le 19 janvier dernier aurait entraîné une baisse du box-office mondial.

L’étude porte sur les données de 1344 films dans 49 pays, sortis entre juillet 2007, lors de la mise en ligne de MegaVideo, et août 2012. Si elle souligne l’impact positif de l’opération pour les principaux blockbusters sortis dans plus de 500 salles, elle constate également l’affaiblissement de la plupart des films au box-office depuis janvier.

« Dans tous les cas, nous avons découvert que la fermeture a eu un effet négatif, bien que parfois insignifiant, sur les revenus du box-office », affirme l’étude. Un résultat qui s’expliquerait par un bouche à oreille plus faible pour les films les moins visibles : « Le partage de fichiers agit comme un mécanisme permettant de diffuser des informations ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • H-hich
    Et en plus ya pas du tout de crise économique en ce moment..
    0
  • Rorothermidor
    Bonjour,
    Les résultats de cette étude n'est pas dénuée de sens. IL est vrai qu'il y a de nombreuses utilisation et manière d'aborder le piratage. UN autre article plus complet sur un site concurrent donne des informations concernant cette étude et il s'avère que le bouche à oreille conserve une grande importance dans le cinéma sans compter sur l'augmentation drastique des tarifs à l'entrée des salles obscures et les prix des DVD.

    Pour le coup, les majors du cinéma s'en prennent au cinéma d'auteur qui est le premier touché par cette chute du bouche à oreille étroitement liée avec celle du piratage ou plutôt du visionnage de ces films piratés. L'idée, c'est que ce même piratage profite au cinéma lui même. Ainsi, avec les options légales qui ne sont pas à la hauteur en terme de quantité, qualité et tarifs, on ne peut pas dire qu'il y ait là une réelle volonté de sortir de la crise dans le monde de la culture de masses et on ne peut que déplorer cette volonté d'exploitation permanente des consommateurs de films et musiques dans le seul but de "faire" de l'argent.
    0