Doge : le mème internet racheté par une marque d'accessoires

Depuis plusieurs années, le même Internet « doge » fait fureur sur Internet. Son nom et son image ont finalement été rachetés par une marque de vêtements : Ultra Pro International LLC.

Utilisé essentiellement sur Internet pour faire part de son faux étonnement sur Internet et pour signifier quelque chose d’incroyable de façon ironique, le mème« doge » représente la photo d’un chien (dog en anglais) de la race shiba. Ce cliché, publié pour la première fois par un enseignant japonais en 2010 a ensuite été associé à différents mots, écrits de toutes les couleurs dans la police Comic Sans. C’est à partir de décembre 2012 que le mème a réellement pris et s’est répandu sur la toile comme une trainée de poudre. Une cryptomonnaie, fondée sur le même principe que le bitcoin, a également été créée en hommage au mème : le dogecoin.

Néanmoins, un mème ne peut être considéré comme appartenant au domaine public et une entreprise n’a pas hésité à racheter l’image et le nom de doge pour en faire une marque de vêtement. L’entreprise californienne Ultra Pro, spécialisée dans les accessoires de sports et les objets de décoration, a en effet racheté la photo directement auprès du photographe original, Atsuko Sato. Par ailleurs, le terme « doge » a lui aussi été déposé en tant que marque d’accessoires pour créer des « conteneurs en plastique pour des cartes à jouer, de la papeterie, des classeurs, des portfolios, des boites pour stocker des cartes à jouer et des accessoires de jeu ».

Interrogé par le site Daily Dot, Jay Kuo d’Ultra Pro a expliqué que le but de ce dépôt de marque n’était pas d’empêcher d’autres personnes, notamment sur Internet, de continuer à utiliser le mème : « Nous ne pensions pas à poursuivre qui que ce soit avec ce dépôt, et nous n’en avons pas l’intention. Nous déposons des brevets parce que généralement ce sont d’autres personnes qui nous poursuivent »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire