L'accord entre Microsoft et l'Éducation nationale ne fait pas que des heureux

L’Éducation nationale a signé dernièrement un accord assez particulier avec Microsoft, qui n’a pas manqué de faire réagir. Plusieurs associations représentant les logiciels libres considèrent en effet cet accord comme illégal, et n’excluent pas de passer par la justice pour le faire annuler.

L’accord en question, signé en novembre dernier dans le cadre du Plan Numérique à l’École, prévoit de fournir aux établissements scolaires un certain nombre de logiciels développés par Microsoft, et de former les enseignants à utiliser ces outils. Les associations de défense des logiciels libres qui se prononcent contre cet accord contestent notamment sa légalité. Parmi elles, Ploss-RA, La Mouette, ou encore le Conseil National du Logiciel Libre (CNLL). Ce dernier regrette notamment que « l’appel en faveur des formats ouverts dans l’éducation nationale a été (…) mis de côté ».

Mais plus que le choix d’une multinationale, c’est bien la légalité de cet accord qui est questionné par ces associations. Le CNLL cite plusieurs articles de loi mettant en avant la priorité qui doit être donnée aux logiciels libres en France dans le service public. Regroupées sous le nom EduNathon, ces associations s’en prennent directement à la Ministre de l’Éducation nationale, signataire de l’accord, qui serait « dans l’illégalité au regard du Code des marchés publics. » Ainsi, le collectif indique « porter l’affaire en justice ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire