Nokia 216 : tiens, Microsoft sort un téléphone des années 2000

On pensait que Microsoft arrêterait de produire de nouveaux smartphones bon marché. Il n'en est rien : voilà que le géant de Mountain View annonce un nouveau modèle, le Nokia 216. Si l'appareil est réservé au marché indien et ne devrait pas arriver dans nos contrées, il indique en revanche que Microsoft n'a pas dit son dernier mot en matière de téléphones vendus à bas prix.

En mai dernier, on apprenait que Microsoft se séparait de la marque Nokia et la cédait à une société appelée HMD Global, une entreprise fondée pour l'occasion. Mais il semble que Microsoft ait toujours le droit d'utiliser le nom Nokia et de commercialiser des smartphones sous cette marque. C'est du moins ce que laisse envisager le nouveau Nokia 216, un petit smartphone d'entrée de gamme, dont le look n'est pas sans rappeler ce que l'on a connu il y a plus d'une dizaine d'années. L'appareil est doté d'un clavier numérique, d'un écran 2,4" QVGA, et de capteurs 0,3 Mpx à l'avant comme à l'arrière. A l'intérieur, on trouve une batterie amovible de 1020 mAh, qui lui permet de tenir 19 jours en veille, de jouer de la musique pendant 47 heures ou de passer un coup de fil pendant 18 heures d'affilée.

>> Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones à moins de 200 €


Côté logiciel, c'est Opera Mobile Store qui assure le téléchargement d'applications et de jeux. Point de Windows Store à l'horizon, donc. L'appareil se décline en deux versions : l'une équipée d'une seule carte et l'autre de deux cartes SIM. En outre, il sera disponible dans trois coloris : cyan, gris et noir. Il se verra finalement commercialisé à compter du 24 octobre prochain pour 37 dollars (33 euros environ). Nul doute qu'à ce prix, Microsoft arrivera à une quantité impressionnante d'appareils et on comprend mieux pourquoi le géant de Redmond ne souhaite pas abandonner de sitôt le marché des téléphones d'entrée de gamme.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire