Mobiles : le milieu de gamme va-t-il disparaitre ?

Le téléphone au quotidienJusqu’à présent, la donne en téléphonie mobile était simple. Les constructeurs quels qu’ils soient produisaient un nombre restreint de terminaux d’entrée de gamme et un nombre équivalent ou moindre de mobiles haut de gamme. Entre les deux segments, une multitude de produits occupaient le catalogue en assurant la majorité de ventes.

Les smartphones au pouvoir ?

Cette situation est en passe de changer. C’est du moins ce que révèle l’ABI research dans la dernière étude publiée sur son site. Le cabinet fait remonter cette tendance à 2007, l’année même où la vente de terminaux milieu de gamme représentait 854 millions d’unités vendues sur un total de 1,14 milliard mobiles commercialisés. À l’origine de cette évolution, il y a bien sûr l’explosion des smartphones qui se sont répandus bien au-delà du secteur professionnel.

Un nouveau défi pour les constructeurs

Le téléphone d'entrée de gamme a de l'avenirÀ l’opposé, le boum des terminaux d’entrée de gamme obéit à des logiques bien différentes. Ce sont, tout d’abord, les marchés émergents (Chine et Inde pour ne citer qu’eux) qui boostent ce segment qui devrait être majoritaire d’ici 5 ans. Pour autant, en termes de valeur globale, il n’est pas prévu qu’il dépasse la barre des 6%, ce qui va contraindre les constructeurs à un exercice de contorsion stratégique : assurer une visibilité maximale sur l’entrée de gamme tout en faisant la majorité des bénéfices sur les produits plus luxueux.

L’autre facteur décisif dans le poids croissant des mobiles à bas prix c’est bien évidemment leur évolution technologique qui les rend de plus en plus attractifs. Conséquence directe de cette évolution : le milieu de gamme devrait subir les foudres de la logique économique dans les années à venir tout comme les constructeurs qui ont axé leur stratégie sur ce segment en particulier.