Le MP3 d'occasion prend une claque aux USA

Le sujet de la musique numérique d’occasion fait de plus en plus parler de lui, alors que certaines entreprises comme ReDigi se spécialisent dans ce domaine. Mais la semaine dernière, le juge américain Richard Sullivan s’est prononcé contre cette pratique, estimant qu’il s’agit d’une atteinte aux droits d’auteur.


Selon le jugement de Richard Sullivan, le consommateur final n’est pas autorisé à revendre un fichier numérique acheté sur Internet, et il s’appuie pour cela sur une comparaison avec les enregistrements sur cassette audio, fréquents dans les années 80 et 90. Cette décision fait suite à la plainte de la maison de disques Capitol Records, qui attaquait justement le service ReDigi, spécialisé dans la revente de musique numérique d’occasion. Pour la maison de disques, filiale d’EMI, le simple fait de revendre un fichier d’occasion revient à le copier, et donc à sortir du cadre d’utilisation autorisé pour un fichier acheté. Le service de musique d’occasion, en revanche, explique qu’il s’assure que les droits du fichier acheté sont bien transférés au nouveau possesseur, et que le vendeur ne conserve ensuite plus de trace du fichier vendu sur son ordinateur. En outre, le site se base sur un point précis de la loi américaine, qui stipule que le détenteur d’un produit protégé par droit d’auteur peut revendre ce produit sans se soucier du propriétaire des droits.


Pour ReDigi, ce revers n’est toutefois pas une fatalité. Si le site a publié un communiqué dans lequel il ne cache pas sa déception, il explique en revanche travailler sur une nouvelle version, qu’il espère voir disponible bientôt dans le monde entier. Enfin, ReDigi a annoncé sa volonté de faire appel de cette décision.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire