Nabaztag : "la crise m'a tueR" ?

Qui veut la peau du Nabaztag, le lapin Wi-Fi communiquant qui a fait fureur auprès du public geek friendly ces dernières années ? La crise répond, Violet, la société française qui fabrique le léropidé électronique, placée en redressement judiciaire depuis le 30 juin. Pour que le Nabaztag survive, celle-ci doit trouver un repreneur avant le 4 septembre.

Une lente descente aux enfers

Depuis quelques années, le succès du fameux lapin s’était érodé. Depuis 2006 et la sortie de la seconde version, le Nabaztag : tag, et sa hausse de prix, les ventes avaient diminué. Et ce ne sont pas les autres produits de la firme française qui auraient pu combler le manque à gagner. Mirr :ror, le lecteur de puces RFID « pour tous » et Book :z, le livre RFID connecté au PC, ont vécu dans un anonymat significatif.

Aujourd’hui, Rafi Haldjian, propriétaire de Violet cherche donc un repreneur. D’après nos informations, la société Iliad, maison mère de Free, se serait renseignée sur les modalités d’acquisition.