La publicité en ligne remise en question

nielsen publicitéLa célèbre société de mesure d’audience du Web, Nielsen, chère à bon nombre de grands sites Internet internationaux, vient de lancer un gros pavé dans la marre des classements des sites les plus fréquentés au monde.

La pub à l’ancienne en déclin

On ne vous apprendra rien en vous disant que depuis que le Web est Web les sites professionnels sont tous financés, au moins en partie, par la publicité. Jusqu’à aujourd’hui, les critères de rentabilités d’un site étaient associés à deux données essentielles : le nombre de visiteurs sur le site et, surtout, le nombre de pages vues. Chaque chargement d’une page sur un site génère l’affichage d’une publicité. Ainsi, si vous visualisez dix pages sur un site, vous visualisez aussi dix publicités. C’est simplifié, mais c’est comme ça que cela fonctionne.

En l’an 2000, suite à l’éclatement de la bulle boursière Internet, ce mode de financement a littéralement fondu, entraînant du coup bon nombre de start-ups au fond du gouffre (financier). Depuis les sites ont trouvé d’autres moyens de financement alternatif pour limiter les risques, mais la situation reste sensible pour certains gros sites qui restent fortement liés à cette notion de "pages vues".

Ca n’est pas le nombre qui compte, c’est la durée !

Pour proposer des outils de mesure plus adaptés au Web 2.0, Nielsen a donc décidé de proposer de nouveaux outils de mesures, basés cette fois sur la durée passée devant une page, et non plus sur la simple notion de pages vues. En effet, l’utilisation de technologies comme l’AJAX, qui permet d’utiliser un site web pendant des heures sans recharger une page, ou tout simplement la banalisation de la vidéo sur des service comme YouTube ou Dailymotion, provoque forcement un allongement de cette durée. L’utilisation des messageries Web fait aussi partie de ses petites choses qui vous font rester de longues minutes devant votre écran sans jamais recharger de pages.

Youtube fille

Ce qui va changer

Avec de telles mesures, l’ordre mondial des sites les plus utilisés va se voir profondément bouleversé. AOL passerait ainsi de la 6ième place mondiale à la 1ère place grâce à l’utilisation massive de son logiciel de conversation AIM aux USA (25 milliards de minutes au mois de Mai dernier), Yahoo ! passe second avec 20 milliards de minutes. Autre exemple, Google passe de 3ième en terme de pages vues, à 5ième mondial en terme de minutes.

Il est clair que faire une recherche sur Google prend moins de temps que draguer sur AIM ou regarder une vidéo sur YouTube ... De fait, dans les mois et années à venir, les formats et périodicités des publicités affichées sur les sites risquent d’être profondément modifiés pour tous les utilisateurs que nous sommes.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • yom@n
    Personnellement, la publicité ne me dérange pas dès lors qu'elle n'envahit pas toute la page web.
    L'arrivée des pub vidéo par contre commence sérieusement à me gaver surtout qd le volume de mes enceintes est à fond !!!

    Le financement par la pub oui, mais avec modération ...
    0
  • seingalt
    Moi j'écrème les pub des sites que je visite régulièrement, avec Adblock.
    0
  • Gonzo-
    Tout à fait d'accord avec toi yom@n.
    Ou encore les pubs qui s'affichent en plein écran et qu'on essaie en vain d'appuyer sur la croix pour les fermer !!
    0