Nintendo, mauvais élève de l'écologie

Alors que l’écologie est une des préoccupations principales de la planète ces derniers temps, Greenpeace publie son baromètre des entreprises écologiques du mois de décembre 2009, avec une mention spéciale à Nintendo qui occupe la dernière place du classement.

Nintendo dernier du classement

Avec un score de 1,4/10, la maison mère de Mario arrive dernière du classement publié par Greenpeace, qui comprend les plus grandes entreprises high-tech dans le monde. Juste devant, Microsoft et Lenovo remplissent le bas du tableau, sous la barre des 3 points. Au milieu du tableau, LG et Samsung rejoignent Motorola, Sony, Toshiba, Apple et Philips juste au-dessus des 5 points. Enfin, le haut du tableau est dominé par Sony Ericsson et Nokia.

« Nintendo a marqué des points sur les produits chimiques », explique Greenpeace, « Il a vendu des consoles équipées de câbles sans PVC, il a banni les phtalates et surveille l’utilisation d’antimoine et de béryllium. (...) Toutefois, il échoue en ce qui concerne l’émission de gaz à effet de serre, qui sont en augmentation cette année encore, malgré une volonté de réduire l’émission de CO₂. » Ainsi, sur les 15 critères de Greenpeace, qui prennent en compte la gestion des produits chimiques, le recyclage ou encore l’information aux consommateurs, Nintendo n’obtient que des appréciations allant de « mauvais » à « partiellement mauvais ».