Nintendo condamné pour contrefaçon

Manette GamecubeNintendo vient d’être condamné aux États-Unis pour contrefaçon de manettes. Verdict : 21 millions de dollars de dommages et intérêt et interdiction de vendre des manettes Gamecube, Wavebird et Wii Classic Controller sur le territoire américain.

2006 : Nintendo refuse les arrangements

WavebirbL’histoire a commencé en 2006 avec l’accusation d’Anascape. Cette entreprise étasunienne protège ses possessions et avait dans ses dossiers un brevet sur une manette à stick analogique. De là, l’entreprise avait porté plainte contre les trois géants du secteur vidéoludique, à savoir Microsoft, Sony et Nintendo. Alors que les deux premiers avaient trouvé un arrangement avec Anascape, la firme de Kyoto refusait toute entente. Cette réaction la conduisit tout droit devant les tribunaux.

Le Nunchuck épargné

NunchuckAprès plusieurs séances, le verdict est tombé et Nintendo a été reconnu coupable. La sentence est lourde, mais n’incrimine cependant pas le Nunchuck, fidèle second de la Wiimote. À l’heure actuelle, deux solutions s’offraient au géant nippon. Soit il retirait de la vente toutes les manettes en désaccord avec le brevet d’Anascape, soit il les conservait, mais devait en contrepartie verser des royalties à la firme au brevet violé.

Nintendo fait appel

Wii Classic ControllerUne fois de plus, Nintendo a refusé les propositions et a préféré faire appel. Bien entendu, le temps que le sort soit scellé, les manettes restent en vente. Néanmoins, si l’appel est rejeté, Nintendo devra faire profil bas pour trouver un terrain d’entente avec Anascape. Le contraire serait préjudiciable à son marché américain.