Nintendo : la guerre impossible contre les linkers DS

Le 5 septembre dernier, Nintendo s’est vu débouté par le tribunal de grande instance de Paris de sa demande en référé dans une affaire l’opposant à un distributeur de linkers, ces petits appareils qui permettent de copier toutes sortes de programmes, y compris des jeux, sur sa console portable.

Nintendo avait demandé que le distributeur retire de la vente plusieurs produits destinés à la DS, la DSi et la 3DS en invoquant ses droits d’auteur, que ces produits enfreindraient en reproduisant un logiciel propriétaire contenu sur les cartouches originales. Mais ce n’était pas l’avis du juge, qui a estimé que Nintendo n’a pas apporté suffisamment de preuves que le logiciel ARM7 en question était bien sa propriété exclusive.

Il estime également que « le linker n’a pas comme seule fonction de copier des jeux, mais offre une gamme étendue d’autres fonctions notamment la visualisation de photos et de vidéos, l’écoute de musique MP3, l’offre d’applications nouvelles tels que carnet d’adresses ou agenda, et qu’ainsi il rendait possible mais non certaine son utilisation à des fins frauduleuses ».