Les Nissan Leaf sont incroyablement faciles à pirater

La sécurité dans les voitures devient un sujet critique, puisqu’avec tout l’arsenal technologique qu’elles intègrent, elles deviennent des proies faciles. Les exemples se multiplient ces dernières années, avec des voitures, à l’instar de certaines Jeep par exemple dont il était possible de prendre le contrôle à distance - activer les freins, couper la transmission ou encore faire sonner le klaxon. La dernière en date est la Nissan Leaf, une voiture 100 % électrique que nous avions testé il y a plusieurs années.

>>> Lire : [Test] Nissan LEAF 2.0 : la famille se met à l’électrique

La faille vient de son application compagnon NissanConnect EV (auparavant connue sous le nom de CarWings), que l’expert en sécurité Troy Hunt est parvenu à percer pour accéder à des contrôles de la voiture. Et pour se faire, tout ce qu’il lui faut est le numéro VIN du véhicule, un numéro d’identification unique qui a la mauvaise idée d’être retranscrit sur le pare-brise de la Nissan.

Une fois en possession de cette information, il suffit de se connecter à la voiture via l’application. Heureusement, cette dernière n’offre qu’une faible liste d’interaction. Impossible de démarrer ou d’éteindre la Leaf à distance donc, ce qui ne met pas directement en danger le conducteur. Il reste néanmoins possible d’activer la climatisation, de quoi tranquillement vider les batteries à la surprise de celui qui s’installera au volant pensant avoir assez d’autonomie pour rentrer chez lui.

Nissan a réagi en retirant NissanConnectEV des différents magasins d’application, et promet de « lancer une version mise à jour de l’application très bientôt ».

Essai Nissan LEAF 2.0

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Facile, mais très limité donc. Pas de quoi me motiver pour passer le permis.
    1
  • La sécurité dans les voitures devient un sujet critique toutes marques confondue
    0