NSA : Obama veut arrêter la collecte massive des données téléphoniques

Barack Obama en juin 2009Barack Obama en juin 2009Après de nombreux mois de révélations successives au sujet de l’espionnage informatique et des écoutes téléphoniques de la NSA, la Maison-Blanche va déposer une proposition de loi visant à arrêter les interceptions en masse d’écoutes téléphoniques.

Le 17 janvier dernier, devant l’administration judiciaire américaine, Barack Obama exprimait son souhait de mettre fin aux interceptions téléphoniques arbitraires autorisées par la section 215 du Patriot Act, permettant la collecte en masse de métadonnées téléphoniques.

Comme l’explique un communiqué de la Maison-Blanche, la section 215 du Patriot Act permet aujourd’hui à l’administration américaine, en cas de situation d’urgence et après validation d’un juge, de collecter en masse des métadonnées téléphoniques comme la durée d’un appel, les numéros et les noms des correspondants, l’heure d’appel ou la géolocalisation. Néanmoins, le président Obama souhaite interdire purement et simplement à l’administration la collecte en masse de données téléphoniques. Les agences américaines pourraient toutefois consulter les registres téléphoniques des opérateurs et, en l’absence de situation urgente, pourraient toujours obtenir les données téléphoniques d’une personne après avoir obtenu l’accord d’un juge.

Lire notre dossier sur les neuf mois de révélations d'Edward Snowden

Malgré cette proposition encourageante, l’administration ne s’est pas engagée concernant les nombreux autres programmes de la NSA. Si l’agence de sécurité américaine peut accéder en masse aux données téléphoniques des citoyens américains, Edward Snowden a également révélé d’autres activités de l’agence comme la collecte de données transitant via les applications mobiles, l'espionnage de webcams, l’intrusion dans les serveurs de Google, Facebook, Microsoft ou Apple, ou l’interception de tous les appels téléphoniques dans un pays.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire