Selon la NSA, Google savait pour PRISM

Plusieurs mois après les révélations de l’ancien agent de la NSA Edward Snowden, l’affaire PRISM continue d’agiter l’Internet américain. Récemment, l’agence américaine a affirmé que les entreprises concernées par la surveillance des internautes avaient été informées de cet espionnage, ce que le patron de Google Larry Page a une nouvelle fois fermement démenti.

C’est en tout cas ce que la NSA annonce pour sa défense, à travers la voix du général Rajesh De lors d’une audition devant une commission sénatoriale. À la question cherchant à savoir si les entreprises du Web avaient eu connaissance de la surveillance appliquée par la NSA sur les internautes, le général aurait répondu catégoriquement « Oui ! » Il explique cependant que si ces entreprises en étaient informées, elles n’avaient pas le choix de refuser, la surveillance ayant été rendue « obligatoire et légale » en vertu de la loi FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act).

Ces déclarations n’ont toutefois pas empêché le patron de Google d’avoir des mots virulents envers la NSA, le lendemain, alors qu’il donnait une conférence TED (Technology, Entertainment and Design). « C’est extrêmement décevant que le gouvernement ait fait tout cela plus ou moins secrètement et ne nous l’ait pas dit », affirme-t-il, contredisant du même coup les déclarations de la NSA de la veille. « C’est triste que Google soit dans la position de vous protéger, de protéger ses utilisateurs de ce que le gouvernement fait en secret sans que personne n’en sache rien », explique-t-il enfin, en vrai Robin des Bois numérique.

En France, l’affaire n’est pas terminée non plus. Toujours selon les documents révélés par Edward Snowden, et relayés par Le Monde, l’opérateur Orange aurait coopéré avec les services secrets dans le cadre de la surveillance des Internautes. Ainsi, la DGSE aurait reçu l’aide de l’opérateur historique tant pour la surveillance des réseaux que pour casser des clés de cryptage. Selon les révélations du Monde, elle aurait notamment pu accéder sans limites aux données des clients France Télécom-Orange ainsi qu’aux réseaux gérés par l’opérateur. 

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire