NSA : Edward Snowden aurait eu trois complices pour accéder aux documents

On savait depuis novembre dernier que, pour récupérer les fichiers de la NSA début 2013, Edward Snowden avait piégé plusieurs agents de l’agence américaine pour obtenir leurs mots de passe. On apprend désormais, via un document de la NSA publié par MSN, le mécanisme ayant permis au lanceur d’alerte d’accéder à ces informations.

Jeudi 7 novembre, l’agence Reuters dévoilait qu’Edward Snowden avait trompé la vigilance de 20 à 25 collègues du centre régional des opérations de la NSA à Hawai en leur faisant croire qu’il avait besoin de leurs identifiants et mots de passe dans le cadre de son travail d’administrateur système. C’est ainsi qu’il aurait alors eu accès aux nombreux documents classifiés de la NSA qu’il a alors transmis au Guardian ou au Washington Post.

D’après un mémo de la NSA daté du 10 février 2014 et publié par MSN, Edward Snowden ne serait toutefois pas le seul prestataire de la NSA à être impliqué dans cette fuite de documents. Il aurait en effet été aidé par « trois prestataires de la NSA » : un employé civil de la NSA, un membre militaire en service et un prestataire. L’employé civil aurait ainsi permis à Edward Snowden d’utiliser son certificat d’infrastructure à clés publiques (PKI) pour accéder à l’intranet de la NSA, tout en sachant qu’Edward Snowden n’aurait pas dû avoir accès à ces fichiers.

L’employé civil a finalement démissionné de la NSA le 10 janvier dernier après s’être vu supprimer ses accès aux informations confidentielles de l’agence le 20 novembre 2013. Par ailleurs, les deux autres complices, dont l’implication n’est pas déterminée dans le document de la NSA, ont vu leurs accès aux informations de la NSA supprimés en août dernier. Actuellement réfugié en Russie, Edward Snowden est quant à lui recherché par la justice américaine pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire