nVidia la joue fine

Malgré les déboires que son concurrent Ati lui fait subir, nVidia ne baisse pas pour autant les bras et se préparerait à refondre tous ses processeurs graphiques dans une nouvelle finesse de gravure.

du 65 nm au 55 nm

XFX 9800 GTAlors que Ati fond ses GPU en 55 nanomètres depuis décembre 2007 pour les premières cartes de sa série HD 3000, nVidia ne quitte le 65 nm qu’aujourd’hui, soit plus de 7 mois après son concurrent. La production de cartes basées sur des GPU en 55 nm débutera avec le lancement ce mois-ci des GeForce 9800 GTX+ et 9800 GT, remplaçante de la très bonne 8800 GT.

Le processeur de la 9800 GT changera de nom pour G92b. Il en sera de même pour les nouvelles versions des cartes de nVidia. On verra alors fleurir des G94b, G96b et G98b qui équiperont les GeForce 9600, 9500 et 9300 et dont la production commencerait en septembre prochain.

Solution 1 : casser les prix des GeForce

Tranche de siliciumLes nouveaux processeurs gravés en 55 nm devraient d’abord équiper les solutions graphiques nVidia pour ordinateurs portables puis peu à peu arriver sur le marché desktop en cartes dédiées. Une chose est sûre, plus la finesse de gravure d’un processeur est importante, plus il est petit et moins il coûte cher à produire.

Cela s’explique simplement. Les processeurs sont produits sur des tranches de silicium d’une superficie donnée. Plus le processeur est petit et plus on pourra en fondre sur une tranche. Le coût de production est donc diminué pour le fondeur, nVidia en l’occurrence, qui peut alors répercuter cet avantage directement sur le consommateur en baissant le prix de ses produits.

Solution 2 : augmenter les fréquences pour le même prix (ou ses bénéfices)

Gigabyte GeForce GTX 280Une autre solution se propose à lui. Puisqu’un GPU finement gravé consomme moins d’énergie, nVidia peut augmenter la fréquence de son G92b par rapport au G92 plus grossièrement gravé. La dernière stratégie que nVidia pourrait adopter serait de grossir ses marges sans en faire profiter le consommateur…

Bien entendu, on préfèrera l’application de l’une des deux premières solutions. Pour rappel le GT200, GPU des GTX 280 et 260, devrait lui aussi passer en 55 nm d’ici la fin de l’année. Encore une occasion pour nVidia de contrer les attaques des HD 4800 d’Ati, en cassant ses prix.