Nvidia lance le Tegra K1, du mobile à l’automobile

La première grosse conférence de l’édition 2014 du Consumer Electronics Show (CES) aura été celle de Nvidia. Sans surprise, les principales nouveautés concernent une nouvelle puce mobile : le Tegra K1. À en croire le PDG Jean-Hsun Huang, l’évolution en terme de fonctionnalités et de performances par rapport au Tegra 4 est telle que cette nouveauté ne pouvait pas « simplement » s’appeler Tegra 5.

Techniquement, le K1 est une puce basée sur l’architecture Kepler (d’où le K), rendue célèbre dans le monde des processeurs graphiques pour ordinateur portable. Nvidia la décrit comme étant le meilleur compromis en matière d'efficacité, dont les performances peuvent être étendues grâce au dispositif Cloud de la firme, le GRID présenté l’année dernière à la même occasion. Ce sont pas moins de 192 cœurs graphiques qui sont ici intégrés, contre 72 pour son prédécesseur.

Deux processeurs pour un K1

Deux déclinaisons seront lancées. La première se basera sur un processeur ARM doté de quatre puissants cores Cortex A15 cadencés jusqu’à 2,3 GHz. La seconde est plus exotique puisqu’elle devrait fonctionner grâce au processeur développé en interne par Nvidia : Denver. Il faudra se contenter de deux cœurs seulement, mais le support des instructions 64 bits est au programme (à l’instar de la puce A7 d’Apple) tandis que la fréquence pourra atteindre 2,5 GHz.

Pour illustrer les performances du K1, une multitude de démonstrations techniques se sont enchainées à l’aide du moteur graphique Unreal Engine 4 (DirectX 11.1), mettant en scène tantôt la gestion de la physique, tantôt celle des lumières. Attendons toutefois de voir les performances de la puce dans des conditions réelles avant de s’enthousiasmer.

L’automobile, la nouvelle cible de Nvidia

Conscient de la diversification des puces mobiles, Nvidia entend étendre le champ d’action de sa nouveauté. Ainsi, le Tegra K1 n’est pas prévu que pour le monde des smartphones Android, mais se dédie également aux télévisions, aux consoles, ainsi qu’aux voitures dans une déclinaison spécifique : le K1 VCM (Vehicule Computing Module). Rappelons que certaines voitures utilisent déjà des puces Tegra pour faire fonctionner certains instruments de bord, à l’image de la Tesla Model S qui s’appuie sur ce matériel pour animer notamment son immense écran de 17 pouces.

Lire : [Test] Tesla Model S : électrisante !

La puissance du Tegra devrait alors permettre de multiplier les assistances à la conduite, de la détection de piéton à la lecture des panneaux et bandes de signalisation, tout ceci menant directement à un mode de conduite, à terme, totalement autonome. Malheureusement, il n’existe pas encore d’applications concrètes et l’assemblée présente a dû se contenter, dans le meilleur de cas, de petites démonstrations des possibilités offertes. Il s’agit là surtout d’un premier pas dans un milieu qui entend bien s’offrir une petite révolution durant cette édition du CES, puisqu’un grand nombre de constructeurs automobiles s’y sont rendus cette année avec quelques belles innovations à la clé.

Retrouvez toute l’actualité du CES 2014

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire