Les J.O. n'empêchent pas le filtrage du web chinois

"Pendant les jeux Olympiques, nous fournirons un accès à internet suffisant pour les journalistes", a déclaré hier soir Sun Weide, porte-parole du comité d’organisation des JO. Un accès suffisant… selon Pékin. Par ce terme, les organisateurs excluent un certain nombre de sites internet qui pourraient gêner : celui du mouvement spirituel Falungong, par exemple, interdit par le pouvoir. Le comité n’a pas donné d’autres précisions quand à cette liste rouge.

Une promesse non tenue

Par cette déclaration, le comité d’organisation revient sur une promesse faite au CIO (comité international olympique) : laisser une liberté totale d’accès à internet aux journalistes pendant la durée des jeux. Mais mardi, le comité d’organisation a précisé sa pensée en indiquant que cet accès libre ne concernerait que les sites en rapport avec les jeux olympiques, et non l’ensemble des pages qui traitent de la Chine. Le CIO a déclaré vouloir discuter de ces restrictions avec les autorités.

La toile chinoise sous contrôle

Les journalistes étrangers déjà sur place au centre de presse ont un accès réduit à internet. Sont rayés de la toile chinoise des sites tels que celui d’Amnesty International, mais aussi ceux de médias célèbres comme la BBC, la radio Allemande Welle, le Liberty Times… Une censure habituelle pour le pays, qui bloque tous les sites jugés subversifs par le pouvoir. Les internautes chinois n’ont accès qu’à ce qu’on veut bien leur montrer… et les jeux olympiques ne semblent pas être l’occasion d’une exception à la règle.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
28 commentaires
    Votre commentaire
  • trattos
    C'était à prévoir!
    2
  • pompin83
    C'est une honte, les gens du CIO devraient avoir honte d'avoir choisi ce pays communiste sanguinaire pour y faire les JO.
    Honte au CIO dont les membres devraient démissionner s'ils avaient un peu de fierté !
    1
  • Warlog
    Une grande preuve d'ouverture!!! Les JO sont-ils vraiment le symbole, l'emblême qu'on veut nous vendre??? L'argent y est roi. Pouvoir, pour voir... il faut payer. Cher, très cher, mais la liberté n'a pas de prix.
    Je ferai preuve d'une très grande ouverture lors de ces JO en boycottant. Microparcelle de résistance, petite échelle à l'échelle planétaire. ça ne vaut pas grande chose, mais c'est toujours ça.
    0