Omni : le système de commandes qui manquait à l'Oculus Rift

Si le site de financement participatif KickStarter a donné vie à de nombreux projets, l’un des plus connus d’entre eux reste le système de réalité virtuelle Oculus Rift. Néanmoins, si ce casque permet d’afficher une visualisation 3D et d’orienter la tête dans les jeux, le projet Omni, devrai quant à lui permettre de contrôler entièrement son avatar.

Oculus Rift, c’est un projet dont le financement de 2,5 millions de dollars a été levé sur le site KickStarter. Ce projet, dont la commercialisation est prévue pour dans quelques mois, permet de jouer à des jeux en vue à la première personne en 3D et de contrôler les mouvements de la tête de son avatar pour orienter son regard. Équipé de deux écrans, un devant chaque œil, permettant de donner l’impression de la 3D, il se veut particulièrement efficace surtout dans les jeux de tir à la première personne.

Néanmoins, là où le bât blesse, c’est que l’Oculus Rift ne permet pas de contrôler entièrement son avatar et qu’il exige toujours d’utiliser une manette ou un clavier et une souris pour déplacer son avatar ou pour le faire tirer. C’est là qu’entre en jeu le projet Omni, dont le projet sur KickStarter a permis de lever 1,1 million de dollars alors que seuls 150 000 étaient demandés. Ce projet se présente sous la forme d’une petite plateforme avec des chaussures qui permet au joueur d’avancer en vrai afin de faire avancer ou tourner son personnage. Les chaussures sont en effet équipées d’un crampon qui va glisser dans les rainures de la plateforme et émuler ainsi les mouvements de l’avatar.

Sur KickStarter, le don minimal pour recevoir un exemplaire de l’Omni à sa sortie, prévue en janvier 2014, était de 400 dollars. On pourrait ainsi facilement imaginer un kit de réalité virtuelle comprenant à la fois l’Omni et l’Oculus Rift pour moins de 1000 euros à leur sortie.

Présentation de la plateforme Omni

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire