L'onde de choc de la météorite russe ressentie partout sur Terre

En février dernier, une météorite s'est désintégrée dans le ciel de l'Oural en Russie. Elle s'est fait entendre à l'autre bout de la planète.

Cette boule de feu de 20 mètres de diamètre et 10 000 tonnes était entrée dans l'atmosphère à 72 000 km/h. D'après les spécialistes, en se dissipant, elle avait libéré une énergie de 440 kilotonnes, soit l'équivalent de 35 bombes atomiques comme celle utilisée à Hiroshima en 1945.  Cet évènement a généré une onde de choc enregistrée par l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBTO). Le CTBTO dispose de 42 installations d'antennes terrestres captant les sons trahissant des essais nucléaires illégaux. En l'occurrence, 20 d'entre eux ont perçu la météorite de Tcheliabinsk, ville au-dessus de laquelle elle s'est dispersée.

Le son repéré était trop inscrit dans les graves pour être entendu par une oreille humaine. Néanmoins, Pierrick Mialle, ingénieur au CTBTO, a travaillé le signal reçu de la météorite pour le rendre audible. Ce qui a étonné Alexis le Pichon, chercheur au CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives), "c'est de constater que les ondes étaient si fortes qu'elles ont fait deux fois le tour de la Terre par endroits." Les ondes mettent 40 heures pour faire le tour de la planète, soit à une vitesse de 2125 km/h. Le CTBTO va utiliser les données récoltées pour affiner sa détection et ainsi mieux discerner l'origine des sons perçus.

Onde de choc de la météorite de Tcheliabinsk

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire