Vraiment inoffensive la 3G à domicile de SFR ?

SFR a officiellement présenté ce matin, sa nouvelle offre Home 3G. Officieuse depuis quelques jours (des abonnés en bénéficiaient déjà), cette solution propose d’installer au sein de son domicile, une antenne utilisant la technologie Femtocell. L’objectif est de proposer aux abonnés mal desservis par le réseau cellulaire classique de mieux capter avec leur téléphone mobile. Une offre qui n’est pas exempte d’interrogations alors que l’exposition aux ondes fait toujours débat. 

Une antenne-relais à la maison ?

Le boitier est compact, blanc et s’accorde parfaitement à la Neufbox de SFR. Facturé 199 euros à l’abonné, il lui permet de bien capter le réseau 3G de l’opérateur. 5 numéros peuvent y être attachés pour autant d’utilisateurs différents. Pour SFR, les choses sont claires, avec un Débit d'Absorption Spécifique (DAS) de 0,0035 W/kg, le boitier Home 3G se situe bien en dessous des 2 W/kg autorisés par la loi. L’exposition aux ondes est donc largement en dessous des seuils admis. SFR nous assure même « qu’avec une puissance d’émission de 0,01 W, Home 3G émet 1000 fois moins qu’une antenne-relais et 100 fois moins qu’une borne Wi-Fi classique. De plus, un téléphone qui capte mieux est un téléphone qui émet beaucoup moins d’ondes. »

Mais les choses ne sont pas si simples pour Daniel Oberhausen, physicien et membre de l’association Priartem qui milite pour des « règles respectueuses des conditions de vie et de santé de tous ». Selon le scientifique, cette communication est faussée puisque SFR applique un barème « réservé aux téléphones dont les ondes n’émettent qu’au niveau de la tête. Pour une antenne, c’est le corps entier qui est exposé, le seuil admis dans ce cas là est de 0,08 W/kg. » L’opérateur gagnerait en transparence en communiquant en volts par mètre, mesure habituellement appliquée aux antennes. « D’une manière générale, nous sommes contre le retour du sans fil au sein du foyer. Nous incitons même les personnes qui nous contactent et se plaignent d’electro-sensibilité à remplacer leur téléphone DECT par un modèle filaire », précise Daniel Oberhausen.